Qu’est ce que l’intime en sciences sociales ? Réflexions théoriques

Depuis que nous animons le séminaire « Archives et intimités » à Paris 1, la notion d’intimité gravite dans mes recherches comme un leit motiv aussi récurent que vague. Il m’a paru important de poser un peu les choses.

Deux choses apparaissent tout d’abord. La première est que l’intimité n’est pas une notion a-historique, de nombreux travaux ont montré qu’elle s’imposait dans les représentations communes à partir du XVIIIe notamment pour connaitre une consécration au XIXe siècle, souvent qualifié de « siècle de l’intime ». Du XXe au XIXe siècle, l’exigence de transparence qui touche aussi bien le corps (la banalisation de la radiologie en est un exemple aussi anecdotique que parlant) que la vie politique s’accompagne paradoxalement d’une exigence de parachèvement du soi (le bonheur comme horizon individuel nécessaire par exemple). Par ailleurs, tout en constatant ces « variations de l’intime » pour reprendre l’expression de Françoise Simonet- Tenant, rien n’est moins évident pour l’historien.ne que de décréter que tel évènement, telle situation, telle émotion, telle assertion repérée dans une source relève de l’intime. La posture des chercheurs en sciences sociales se heurte toujours à cette aporie : personne ne peut mieux définir les frontières de l’intimité que les actrices et acteurs concerné.es. Ainsi l’intime, comme objet de recherche nous échappe en permanence puisqu’il est ce qui est le plus caché, le moins communicable. Il semble donc nécessaire d’abandonner l’ambition de faire de l’intime une réalité objectivable et reconnaissable dans nos archives. 

Faisant ce constat, fait-on le deuil d’une histoire de l’intimité ? Certainement pas, mais au fil des discussions du séminaire nous sommes tombés d’accord sur la pertinence d’utiliser la notion d’intimité comme une catégorie d’analyse, une grille de lecture. De quoi celle-ci est elle faite ?

Dans le vocabulaire utilisé pour parler de l’intimité, les images relèvent pour la plupart du champ lexical de l’espace : le jardin secret, la chambre à soi, le for intérieur… L’intime serait donc un espace, dont la géométrie reste à définir. Quelques propositions pour en dessiner les contours :

  • un espace bi-dimentionnel d’abord  : l’intime apparait comme une sphère dont le diamètre peut évoluer selon les individus et les époques (à l’aune du dicible et de l’indicible, du montrable et du caché). Une sphère qui se resserre autours d’un centre de gravité, qui lui, peut être un objet d’étude : le corps, le mariage, la mort, le couple, etc. Ces sphères ne sont pas fixées : certains objets deviennent des centres de gravité de l’intime quand ils ne l’étaient pas, c’est que qu’illustre le processus de civilisation de Norbert Elias, certains comportements , notamment liés au corps, sont peu à peu relégués dans l’espace de l’intimité.
  • Un espace tri-dimentionnel : Intimus est le superlatif latin de interus « le plus en dedans, le plus profond ». Donc il semble que l’on peut trouver l’intime dans la gradation du secret, ce qui apparait de l’intimité ce serait donc ce qui émerge, soit pas intrusion, soit par volonté de révéler.

Ainsi, prendre l’intime comme catégorie d’analyse c’est fonctionner avec des couples théoriques : le profond/le superficiel, apparent/le caché, le dicible/l’indicible, l’individuel/le collectif. Mais c’est aussi penser le déplacement des seuils d’intimité entre chacun des pôles de ces couples.

L’intime, comme adjectif qualifiant un objet, ne disparait pas pour autant puisque ce processus de recherche s’applique d’abord à des sous-champs privilégiés : l’histoire des sensibilités, l’histoire des sexualités, l’histoire du genre, l’histoire du corps, etc… Mais aussi l’histoire religieuse (avec l’intimité de la foi).

Ces quelques réflexions ont été enrichies notamment à la suite du séminaire « archives et intimité » du 2 février 2018. A retrouver ici.

Quelques pistes de lecture théoriques :

– Le numéro 11 de la revue Le Divan familial, Revue de thérapie familiale psychanalytique est consacré à « L’intime et le privé dans la famille »  et développe toute une première partie qui s’intitule « Vers une théorisation de l’intime » voici le titre des principaux articles :
  • Marie-Paule Chevalérias, « Intimité et lien intime »
  • Anne Loncan, « L’intimité familiale, un concept à géométrie variable »
  • Albert Ciccone, « De l’identification à l’empiétement dans l’expérience de l’intime »
  • Serge Tisseron, « Le désir « d’extimité » mis à nu »
  • Cécile Dauphin, « Ecriture de l’intime dans une correspondance familiale du XIXe siècle »
  • Jean-François Nordmann « Sur l’intériorité, la profondeur et l’intimité subjectives : un état des lieux »
– Lemeilleur Sandra, L’intime dans les réseaux sociaux, http://sms.hypotheses.org/8611, consulté le 11 avril 2017.
 – Simonet-Tenant Françoise et Coudreuse Anne, Pour une histoire de l’intime: Et de ses variations, s.l., Editions L’Harmattan, 2010, 204 p.
– Tisseron Serge, « Intimité et extimité », Communications, 2011, vol. 88, no 1, p. 83‑91.

Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23/02/2018

    […] Cette séance de séminaire a été l’occasion de d’avoir une réflexion théorique sur la notion même d’intimité et sa délimitation dans nos sources. Aussi la première partie de ce CR est elle à la fois une reprise et un approfondissement du billet publié sur mon carnet de thèse ici : https://marcherenc.hypotheses.org/700. […]

  2. 26/02/2018

    […] Cette séance de séminaire du 2 février 2018  a été l’occasion de d’avoir une réflexion théorique sur la notion même d’intimité et sa délimitation dans nos sources. Aussi la première partie de ce CR est elle à la fois une reprise et un approfondissement du billet publié sur mon carnet de thèse ici : https://marcherenc.hypotheses.org/700. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *