Série BB3 des Archives de la Préfecture de police de Paris : Registre des mœurs

Je me perds en ce moment dans les Archives de la Préfecture de Police, à la recherche des quelques traces qu’aurait pu y laisser l’activité des agences matrimoniales. Car certaines agences qui s’annoncent comme matrimoniales dans leurs publicités, sont en fait des maisons de rendez-vous, et celles-ci sont sous l’étroite surveillance de la Préfecture de Police.

C’est là que l’espoir, illusoire certes, m’a poussée à consulter la sérié BB3 intitulée « Registre des mœurs » entre 1855 et 1868. Point d’agence, mais une archive précieuse pour qui voudrait tenter une histoire matérielle de l’érotisme par l’étude de ce véritable marché souterrain, qui, vu l’ampleur du registre semble assez vivace. Voici une petite présentation et quelques réflexions en vrac.

Qui retrouve-t-on dans ce registre ?

Différentes branches d’activité sont représentées. Au premier chef ceux qui sont présentés comme les producteurs d’objets dits « obscènes« , cela peut aller du simple préservatif à des « consolateurs en caoutchouc » pour lesquels il n’est pas donné plus de précisions. Tout fabricant de caoutchouc semble donc potentiellement suspect pour la police des mœurs. A noter que lorsqu’un tel fabriquant est inscrit au registre, la raison invoquée est aussi souvent l’âge de ses employé.e.s. Un exemple ici avec M. Leborgne « signalé comme employant de toutes jeunes filles dans ses ateliers ».

Même précision p. 21 le « 1er février [18]59 » pour « Augé Marcelin Valentin, 21 ans né à Poitier »  et  « Signalé par le bureau des mœurs comme employant à la fabrication des capotes des enfants âgés de moins de 7 ans » . Or, depuis 1841 l’âge minimum pour travailler dans les ateliers et manufactures est de 8 ans. Il y a donc une ambiguïté dans le motif du signalement, la nature de la production semble être la raison principale, à laquelle s’ajoute le travail des enfants.

Un peu plus en aval de la production : les colporteurs de ces objets, untel est « Arrêté en flagrant délit de colportage de « consolateur en caoutchouc », tel autre « a vendu obscénités ». Les précisions révèlent le caractère tout à fait sous-terrain de cette activité, car certains sont pris en flagrant délit de colportage alors que leur marchandise de préservatif était « renfermée dans des noix et noisettes ». Dans la même logique certains libraires sont aussi arrêtés pour « partage de cartes obscènes » ou « licencieuses« . Les femmes très présentes dans le registre, sont le plus souvent des modèles de photos suggestives, dénudées, voire véritablement pornographiques. Les précisions données par la Préfecture de Police montrent leurs relations avec cette industrie dont les producteurs sont d’abord masculins. On recoupe ici très nettement le monde complexe de la prostitution, plus ou moins occasionnelle.

La précision des adresses et les liens que la police des mœurs fait entre fabricants, colporteurs et clients permettrait de faire une solide étude de réseaux.

Registre des mœurs ou catalogue d’érotisme ?

Le paradoxe le plus flagrant, lorsque l’on feuillette ce document est de voir comment ce « registre des mœurs » est en fait un registre de l’immoralité au sens où elle est alors entendue. La tenue de ce registre semble née des « pères la morale du XIXe » siècle dans sa finalité : la répression de toute sexualité hors des normes que ce siècle ne cesse de consolider. Dans la sphère de l’obscène, se rencontre tout un panel du hors-normes, qui va du préservatif de protection contre la syphilis jusqu’au colportage d’images érotiques.

Ce document est une illustration presque criante de l’analyse foucaldienne d’un XIXe siècle qui en voulant cacher la sexualité ne fait que toujours plus la montrer. En fait de signalements, le registre ressemble davantage à une collection de photographies érotiques, et un véritable catalogue des objets qu’il entend substituer à l’utilisation du tout venant. On apprend ainsi, qu’il existe des « groupes obscènes en porcelaine » « pipes obscènes », « albums » « jeux de cartes, « lithographies » et « photographies sur verre pour stéréoscope » ou encore des « académies sur papier« . Lorsque des perquisitions sont faites, la liste des objets est en effet très méticuleusement dressée. On peut ainsi se retrouver face à une véritable bibliographie d’ouvrages licencieux.

En somme un document très riche de la Préfecture de Police, dont il faudrait retrouver la parenté pour faire une étude au long cours, le registre consulté ne recoupant que les années 1855 à 1868.

Pour aller plus loin :
  • Rodemacq, Maxence. « L’industrie de l’obscénité à Paris (1855-1930) », Romantisme, vol. 167, no. 1, 2015, pp. 13-20. https://www.cairn.info/revue-romantisme-2015-1-page-13.htm
  • Annie Stora-Lamarre, L’Enfer de la Troisième République. Censeurs et pornographes (1881 – 1914), Paris, Imago, 1989.

Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stéphane Decarnières dit :

    Article hors du commun et tout à fait surprenant, comme quoi les archives regorgent de registres en tous genres, superbe article merci du partage, il serait intéressant de voir si ces demoiselles ont eues une descendance… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.