[Lecture] Revue Sensibilités n° 3 – « Corps au paroxysme »

La revue Sensibilités continue son aventure éditoriale de qualité avec ce troisième numéro : Corps au paroxysme. Avec les deux premiers elle s’est déjà distinguée par l’ambition du projet qui allie à la fois des exigences esthétiques et scientifiques. Le comité de rédaction a réussi à imposer un genre spécifique avec des articles qui s’éloignent des canons académiques, non dénués d’une exigence littéraire, et d’une attention esthétique de forme qu’il s’agisse du texte ou de l’image.

Le choix de la thématique du numéro, le ou les corps au paroxysme, se comprend dans la lignée du séminaire organisé par Quentin Deluermoz, Hervé Mazurel, et Christian Ingrao entre 2013 et 2017 « Exploration du paroxysme. Traces, objets, regards, XIX-XXIe siècle ». Le numéro se propose non pas comprendre à quelles surveillances extérieures le corps est soumis, mais davantage d’aller chercher jusqu’où « l’histoire s’incorpore » c’est à dire les traces des auto-contraintes (refoulement des pulsions, la répression des émotions, la maitrise de soi et le respect de la civilité). Sans remettre en cause l’idée de civilisation des mœurs le numéro place en revanche la focale sur « les sourdes colères et les imprévisibles soulèvements, les licences cachées » qui peuvent faire craquer la « frêle pellicule de la civilisation ». Faire une étude du corps au paroxysme c’est donc « explorer la part obscure de la vie sociale, chercher les expériences limites de l’humaine condition ».

Qu’est-ce qu’un paroxysme ? le numéro tout entier avec cette approche variée tend à y répondre, mais le point commun dans les objets d’étude des différents articles est d’apparaitre comme la « séquence la plus aigüe d’une affection » selon la définition médicale.

Trois ambitions structurent le numéro :

  • Repérer les grammaires du paroxysme, déchiffré comme un langage.
  • Dessiner l’évolution historique des seuils de tolérance.
  • Comprendre ce que le paroxysme fait aux chercheurs, quelle position adopter.

Impressions de lecture :

Sur les trois numéros sortis c’est probablement, à mon sens en tout cas, le plus réussi, ou du moins le plus en cohérence directe avec le projet scientifique et éditorial de la revue. Dans le choix des deux premiers thèmes, « Charismes » et les « Sens de la maison », l’exigence d’une mise en écriture variée était peut être moins pressante. Dans le cas du corps au paroxysme il est toujours question d’une expérience à son point d’acmé. Les auteurs ouvrent la revue en constant qu’il y a une sous-verbalisation du paroxysme parce que le récit échoue à représenter ces expériences. C’est pour ça que ce kaléidoscope de modes d’expression (photographique, graphique, écrite, oralisée) rend bien compte de la diversité des expériences qui sont autant de façon « d’agripper le réel » selon l’expression  de Quentin Deluermoz. J’ai trouvé que la sortie des codes académiques se justifiait véritablement dans ce cas précis. Au fil des articles on finit par sentir que le paroxysme échappe toujours un peu à la représentation, et à la catégorisation, et pourtant on en entrevoit les contours.

Pour se procurer le numéro :  https://www.decitre.fr/revues/sensibilites-n-3-corps-au-paroxysme-9791095772354.html


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *