Le récit d’une rencontre : Anaïs Deval et Honoré Faure

La recherche en histoire n’est pas exempte d’une part de hasard. C’est en mettant en pratique les conseils de Philippe Lejeune dans Le moi des demoiselles1, que j’ai rencontré un descendant de couple formé par petites annonces. En effet le récit du parcours de recherches de Philippe Lejeune sur les journaux intimes m’a convaincue de l’utilité de lancer des appels, fussent-ils destinés à ne jamais échouer sur aucune plage providentielle. Pour le coup, j’ai eu cette chance. La fâcheuse habitude prise de parler de petites annonces de rencontres à qui veut bien l’entendre a amené le sujet à l’oreille de mon ancien professeur de latin en hypokhâgne Fabrice Butlen.

Il m’avoue que ce sujet l’amuse d’autant plus que ses grands parents se sont justement rencontrés par ce biais. L’occasion est trop belle car jamais il ne m’est donné accès à la face immergée de l’iceberg, en l’occurrence au contexte de la rencontre. Le goût de l’archive d’un regard d’historien devra se satisfaire de sources orales. La chance a ses limites, Anaïs Deval, la grand-mère de Fabrice Butlen peu avant de mourir a brûlé toutes ses correspondances. Ce sont les témoignages des tantes, les quatre filles d’Anaïs Deval qui permettent de reconstituer les faits. C’est ce qu’il me relate dans ce mail :

Ma grand-mère, Anaïs Deval, auvergnate, originaire des Combrailles (un village nommé la Quarte, proche de la Goutelle, situé entre Pontgibaud et Pontaumur), comme une certain nombre de bons élèves issus de la paysannerie, avait fait l’Ecole Normale d’instituteurs. Au milieu des années trente, son premier poste était en Normandie. En 1939, elle fait passer une annonce matrimoniale dans le Chasseur Français (selon 2 de mes tantes sur 4) ou le Bulletin des Instituteurs (selon une seule de mes tantes qui affabule volontiers). Mon grand-père, Honoré Faure, originaire des Pyrénées orientales, est alors engagé volontaire au chasseurs alpins cantonnés à Modane. Un jour, le périodique en question traîne sur une table du café où il se trouve, abandonné par quelqu’un ; il le prend, trouve l’annonce et y répond.

Les deux protagonistes font figure de cas d’école dans l’histoire de la rencontre par annonces. Tout d’abord, l’institutrice. Elle est une figure visible dans la presse spécialisée; Marc Martin constate la forte représentation de ce groupe professionnel dans le corpus du Chasseur Français : « ces femmes salariées et indépendantes sont aussi, bien souvent, des émigrées, coupées de leur village ou de leur bourgade d’origine, elles demeurent isolées et s’intègrent mal dans le milieu d’accueil »2. L’image de la vieille fille s’est en effet souvent confondue avec celle de l’institutrice. Marlène Cacouault rappelle en effet que « l’opinion voit dans la femme professeur la veille fille par excellence, au point que se vouer à l’enseignement et se vouer au célibat ne paraissaient qu’un seul et même destin »3, elle met en corrélation diplôme et célibat. La France fait pourtant figure d’exception face à ses voisins européens en encourageant le mariage pour les institutrices (la promulgation des lois Ferry met le pays à la recherche des institutrices), mais les réalités des conditions de travail rendent en fait difficile le mariage, même à l’intérieur de la profession4. Effectivement le taux de célibat est de 50% dans l’enseignent primaire. Les travaux de Françoise Mayeur dans son étude sur l’enseignement secondaire des jeunes filles sous la troisième République57 souligne l’isolement des jeunes institutrices arrivant dans la ville où elles ont étés affectées, mais aussi la brièveté de leur séjour qui entravent largement leurs chances matrimoniales : « Il a été dit de nous que nous étions des espèces de religieuses laïques. Pourquoi pas ? Pour beaucoup d’entre-nous le renoncement à la vie est le même […] »5.

Ce qu’il y a à retenir de la démarche d’Anaïs Deval est tout d’abord qu’elle s’inscrit dans une logique d’éloignement du foyer familial assez classique chez les enseignantes. D’autre part, elle n’a pas recours à un journal de presse matrimoniale spécialisée dans l’un ou l’autre cas. S’il s’agissait du chasseur français, il n’y aurait là rien d’étonnant. Ses annonces sont en effet déjà connues dans la société d’Entre-deux-guerres. En revanche, pour le Bulletin des instituteurs, il y a là une piste à garder en tête. Il est possible de retrouver des exemplaires de ce mensuel à la Bnf6. S’il y a effectivement des annonces de rencontre au sein de ce type de publications professionnelles il pourrait être intéressant de  se pencher sur ces annonces là. Elles supposent cependant un souci d’endogamie que réfute l’exemple même du mariage d’Anaïs et d’Honoré.

Toutefois un indice ici ferait pencher la balance pour le Chasseur français. Honoré n’a pas passé de petite annonce mais a trouvé le périodique en question sur la table d’un café. La large diffusion nationale du Chasseur français pourrait expliquer que l’annonce qu’Anaïs a passée en Normandie se retrouve entre les mains d’Honoré dans les Alpes.

Honoré Faure, s’il n’a, pour sa part, pas passé d’annonce, évoque la figure très présente dans les journaux matrimoniaux du militaire. Au moment de l’Entre-deux-guerres les militaires que l’on rencontre le plus souvent au fil des colonnes sont des coloniaux. Leur recours à un journal matrimonial s’inscrit clairement dans une logique d’éloignement du marché matrimonial ou ils souhaitent recruter une candidate potentielle. Dans le cas présent, la garnison de Modane dans les Alpes peut jouer ce rôle, les montagnes restant, au début du siècle, encore assez cloisonnées.

S’ensuit une correspondance de quelques mois. Ma grand-mère dira à ses filles qu’elle est tombée sous le charme de… son style. Quoiqu’il eût quitté l’école à douze ans pour aller travailler dans la forge de son père, il avait en effet le sens de la grammaire et aimait l’expression juste ; au demeurant, dans le ménage, c’est toujours lui qui s’est occupé du courrier.

L’information qu’apporte ce récit d’expérience dans le cadre de mon travail est celle de la durée de la correspondance. Au regard de certaines récurrences d’annonces (jusqu’à 10 ans de suite) dans l’Intermédiaire discret7, l’affaire semble s’être conclue assez rapidement. Sous cette évocation semble être englouti tout un continent d’étude potentielle : la séduction par correspondance. Honoré a séduit par sa plume, mais il y a fort à parier qu’une étude de ce type de correspondances (si tenté qu’elle fut possible) mettrait en exergue différents critères. Ce genre de travail est aujourd’hui très activement mené par les sociologues sur différents sites de rencontres. Pour les historiens la tâche est plus ardue. Retrouver une telle correspondance serait dans le cadre d’une thèse une véritable mine d’or.

« Reste qu’ils se sont mariés le 23 septembre 1939 à Modane (ma grand-mère a donc fait le voyage exprès) sans s’être jamais vus auparavant ; de 1942 à 1946, ils auront ensemble quatre filles. »

Après quelques recherches, je reçois une autre information. D’après la mère de Fabrice Butlen :

« Les grands-parents se sont vus une fois avant leur mariage ; elle s’est souvenue en effet que mon grand-père – ma grand-mère étant morte, et lui, remarié depuis plusieurs années – lui a dit un jour : « Je suis allé à Versailles pour rencontrer l’institutrice. » « 

L’éloignement géographique des deux protagonistes rend difficile les entrevues préalables. Mais selon la seconde source, il semblerait qu’il y en ai tout de même eu une . Les deux correspondants ne se sont pas mariés sans s’être vus.  On peut ainsi comprendre les multiples mentions de proximité dans les attentes des annonces sur ce jour. Il s’agit de gens qui ne veulent pas quitter leurs pays. Dans le cas d’Anaïs, le long voyage qu’elle a entrepris pour se marier avec un correspondant peut s’expliquer par son déracinement initial. Une piste d’étude s’ouvre ici:  dans le corpus de l’Intermédiaire discret il faudra rechercher les critères de la mobilités. Les enseignantes sont-elles, par exemple, plus enclines à se déplacer que d’autres candidates au mariage ?

Capture d’écran 2014-02-16 à 20.38.53

Ce petit aperçu d’un parcours de vie laisse un goût d’inachevé dans l’analyse. Il ouvre de nombreuses pistes de réflexions dans le cadre de l’étude de l’Intermédiaire discret. Pourtant la tentation de la micro-histoire est bien présente, c’est celle de retrouver l’itinéraire de ce couple et ses archives, une entreprise tout aussi périlleuse que celle menée par Alain Corbin sur Louis-François Pinagot8.

Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles: enquête sur le journal de jeune fille, Paris, France, Ed. du Seuil,1993.

2 Marc Martin, « Images du mari et de la femme au XXe siècle, les annonces de mariage du « Chasseur français » », Revue d’histoire moderne et contemporaine 1980.

3 Marlène CACOUAULT, « Diplôme et célibat les femmes professeurs de lycée entre les deux guerrres », in Madame ou mademoiselle  ?  : itinéraires de la solitude féminine XVIIIe-XXe siècle, Paris, Montalba, 1984, p. 177-202.

4 Mineke VAN ESSEN et Rebecca ROGERS, « Ecrire l’histoire des enseignantes », Histoire de l’éducation, no 98, 1 Mai 2003, p. 5-35.

5 Françoise MAYEUR, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, France, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p.350.

6 Office des instituteurs français, Bulletin mensuel de l’Office des instituteurs français, Montauban, 1927.

7 L’intermédaire discret, journal d’annonces de mariage, Bordeaux, 1921-1940

8 Corbin, Alain, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Flammarion, coll. « Champs » Paris, 2002 (1re éd. 1998).

 


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.