[Colloque] « approches socio-économiques de la sexualité » 12-13 octobre 2017

« Situation en rapport » : marché de la rencontre en France du début du XIXe siècle au début du XXe siècle [résumé de communication]

Le colloque « Approches socio-économiques de la sexualité » visait à discuter des travaux en sciences sociales qui examinent les rapports entre la sexualité et l’économie. Il a réuni 11 présentations organisées autour de 5 sessions : « Travail », « Valeur », « Échanges économico-sexuels », « Plateformes (1) » et « Plateformes (2) » Programme du colloque ici.

Support visuel de la communication :

Depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, la société française assiste à l’installation d’un « marché de la rencontre ». Le nombre d’agences et de feuilles de presse va croissant sur toute la période, au point de se faire une concurrence féroce. Il semble donc que l’approche en terme de marché est opérante pour penser l’histoire de la rencontre médiatisée, et ce, à double titre. Tour d’abord en raison du caractère commercial de cette activité qui se professionnalise au moment où la société du XIXe siècle voit différents services personnels devenir des fonds de commerce (marchandisation du mariage, mais aussi de la mort, le commerce des pompes funèbres se développe conjointement). Mais l’approche est également pertinente dans la mesure où les médiateurs cherchent par leur clientèle à reconstituer un ensemble d’offres et de demandes plus ou moins contrôlé, scène de théâtre sur laquelle leurs clients pourront jouer leur avenir matrimonial. Enfin à l’échelle des individus, l’approche en terme de concurrence permet de comprendre combien les normes de genre, d’âge et de classe pèsent davantage sur le choix du conjoint, dès lors que la part du hasard des rencontre diminue. Un paradoxe pointe ici : les individus qui s’inscrivent dans le marché du cœur le font en espérant échapper à la concurrence du marché matrimonial classique. Mais c’est justement cette conscience des proportions spécifiques de ce marché matrimonial qui pousse les individus à exacerber le pouvoir des lois du marché. De ce fait, les rapports de genre, d’âge et de classe sociale s’y expriment plus que jamais comme des rapports de pouvoir.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *