Agences et annonces matrimoniales : circulations d’influences culturelles du milieu du XIXe au lendemain de la Grande Guerre

Ecole d’été franco-italienne « Mediazioni e Mediatori Culturali/Les Médiations et Médiateurs Culturels » Padoue 12-16 juin 2017 (Programme)

RESUME DE COMMUNICATION

Lorsque des feuilles matrimoniales fleurissent en France au lendemain de la Grande Guerre, les matrimonial ads ont déjà une histoire longue dans les sociétés anglaise et américaine. L’histoire de la marchandisation du mariage par les agences matrimoniales ou les annonces est celle de circulations d’influences entre la France, les États-Unis et la Grande Bretagne. Ces transferts culturels sont loin d’être unilatéraux et les moments d’affirmation du marché de la rencontre dans ces sociétés se fait avec autant de décalage que de correspondances. L’industrie du mariage se heurte partout à son manque de légitimité, qu’elle se doit donc sans cesse renégocier. En France, l’altérité culturelle semble précisément être un argument dans le débat sur le bien fondé de la profession : on invoque tantôt une nécessité de rattraper un retard français sur la modernité, tantôt on revendique un modèle « à la française », lorsqu’on ne condamne pas une américanisation des sociétés. Mais les transferts culturels se font également à l’échelle des individus par le biais de la clientèle des agences et des annonces dans lesquelles il est fréquent de rencontrer des anglais et américains qui cherchent un parti en France. La vitalité de ce marché se concrétise même dans des coopérations internationales entre différents journaux matrimoniaux notamment entre Londres et Paris.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *