Le bureau des mariages, Hervé Bazin, 1951

1p-85904711_2

Dans cette courte nouvelle Hervé Bazin dépeint un couple atypique : Robert et Louise, un vieux garçon et une vieille fille, vivant sous même toit depuis l’union de leurs parents. Nous voyons Louise entrer dans une agence de mariage, et y déposer une annonce. Elle reçoit quelques lettres, dont une franchement obscène, mais aussi celle d’un certain Edmond qui retient son attention, un véritable miroir masculin. Une longue correspondance s’engage durant 6 mois, sans qu’il y ait de véritable révélation amoureuse, les deux célibataires se découvrent une vie semblable, toute aussi poussiéreuse et rangée. Mais lorsque vient le moment de se rencontrer, c’est son demi-frère que Louise reconnait. Tous deux s’amusent de la situation, aucun lien du sang ne les empêche de se marier, mais le poids de l’intimité partagée si longtemps les a rendu trop familiers. Désormais ils « s’aimeront bien ».

Le thème que l’auteur aborde n’est pas neuf. Les agences, les journaux, et les bureaux de mariage ont souvent nourri la littérature dans ce sens : la correspondance ne fait que mettre en relation deux personnes qui vivent à deux pas, se connaissent déjà, voire s’apprécient peu. Mais cette nouvelle a un double mérite. Tout d’abord celui d’offrir un point de vue auquel l’historien ne peut que très difficilement avoir accès : la part privée de la correspondance; mais aussi dresser un tableau du marché de la rencontre à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale.

Le Bureau des Mariages présenté par Hervé Bazin, n’est pas une agence matrimoniale. Il s’agit du « Public-Office-Parisien » qui centralise tout type d’annonces, manifestement un avatar des anciens bureaux de placement où l’on pouvait voir des nourrices rechercher une place :

« Trois clientes s’attardaient dans cette succursale du Public-Office-Parisien : une boniche empêtrée dans son orthographe, une grande bringue qui feuilletait le catalogue des numéros, une dame opulente qui s’intéressait à quelque reprise d’appartement. »

Les annonces sont manifestement exposées en vitrine à la vue des passants. Ce bureau d’annonces représente en ce sens une via média entre agence matrimoniale (qui se charge d’organiser les rendez vous, de mettre en relation…) et journal d’annonces matrimoniales (où tout peut se faire par voie postale). Lorsque l’héroïne vient rédiger son annonce, l’entrevue avec le gérant est assez expéditive. Il y a là une différence notoire avec les véritables agences matrimoniales, qui, si on peut en croire leur discours, accordent un long entretient personnalisé, à la suite duquel la candidature est méticuleusement examinée. Il y a probablement de la part de l’auteur une forme de sarcasme dans la peinture de ce gérant bedonnant et pressé :

« Maintenant remplissez votre fiche. Je vous serais obligé de faire vite; je vais fermer. […] Allons dépêchez vous ! »

Ce décalage entre discours et représentation littéraire doit m’amener à garder à l’esprit qu’agences et journaux peuvent avoir une préoccupation financière qui prédomine sur la déontologie. Ainsi il peut être intéressant d’étudier les potentiels décalages entre le discours d’une agence qui se dit très sélective et la situation réelle de ses membres (cf La maison R D’Est). La description que fait le gérant du fonctionnement du bureau évoque très directement le discours que j’ai pu étudier au début du XXe :

Votre annonce paraîtra sous le numéro 4326. L’affichage dure trente jours et coûte deux cent francs. Un supplément de cent cinquante francs est demandé aux personnes qui désirent domicilier leur courrier à l’agence pour une durée de trois mois.

La discretion reste un critère central, aussi l’anonymat est-il de mise, et les abonnés peuvent demander à ne pas recevoir le courrier chez eux, afin qu’aucun indiscret de leur entourage ne se doute de leur démarche. Pour ce qui est du prix de l’annonce, si la personne prend un abonnement complet à 350fr, cela équivaut au prix de 12 baguettes ou 8 beefsteaks en 1950 1. Il ce n’est donc pas un prix exorbitant.

Le bureau des mariages, comme beaucoup de sources littéraires, évoque par les yeux de son héroïne les craintes liées au milieu de l’industrie du mariage. Les premières lignes de la nouvelles en sont témoin, c’est la question de l’arnaque qui apparait :

« À l’extérieur, devant les cartolines matrimoniales exposées en vitrine, se campait un jeune homme qui Louise estima trop bien mis, trop bien fait pour en avoir réellement besoin. Il notait consciencieusement les annonces en commençant par les plus récentes, et , à tout à hasard, offra à Louise son plus engagent sourire. »

C’est ici la traditionnelle crainte de la « foire aux jeunes filles » qui transparait dans biens des textes. Montherlant l’a également décrit dans Les jeunes filles, ces annonces de femmes sont une tentation pour l’individu mal intentionné qui n’a qu’à « tirer dans le tas, au hasard »2. La presence de ce jeune homme trop bien mis pour en avoir besoin en est l’emblème. La première lettre que reçoit l’héroïne est probablement un poncif des craintes associées à ce mode de rencontre, la publicité de soi ouvrant la porte au tout venant :

« Ma poule,

Ainsi, tu ne peux plus te passer d’un petit homme. Ne fais donc pas tant de manières et poste-toi mardi le 15, à 20 heures, sur la plaque de fonte qui recouvre la bouche d’égout en face du Bar Bleu, boulevard Saint Michel. Inutile d’amener une chemise de nuit. On ira se… »

Aussi la jeune femme s’était elle empressée de préciser « c’est très sérieux ». En se plaçant  dans un marché matrimonial parallèle, elle s’expose à un échantillon d’individus exclus du marché matrimonial classique, pour telle ou telle raison. Aussi la question des tares est-elle centrale. Sous la plume d’Hervé Bazin, les deux correspondants l’abordent dès la première lettre :

Ayons le courage de le dire : je suis un vieux garçon et vous êtes une vieille fille. Le côté plaisant de notre état masque impitoyablement le côté grave et la prétention de nous en remettre au hasard des agences nous expose moins au fou rire d’autrui qu’à notre propre méfiance.

A ces précautions oratoires faut-il ajouter de rassurants détails, tels que poids, taille, tour de poitrine, couleur des cheveux et des prunelles ?… Je vous épargne et nous m’épargnerez ces mensurations et ces descriptions classiques, utiles sans doute dans la vente des chevaux. Il suffit, je pense, d’affirmer ici que je ne souffre d’aucune tare physique.

D’aucune tare sentimentale nous plus : je n’ai personne à oublier.

On retrouve exprimé en filigrane ce qui ce lit dans tout les journaux d’annonces matrimoniales du début du siècle : un idéal de la normalité. Ce sont d’ailleurs là que sont les attentes sentimentales l’héroïne : « pas de ventre, pas de tare, pas d’idées subversives, pas de casier judiciaire, pas de…. Bref beaucoup de « pas ».

Hervé Bazin n’invente en rien la trame de fond de cette intrigue qui est déjà bien ancrée dans l’histoire de la littérature. Mais pour l’historien, il offre un regard contemporain sur la réalité d’un bureau des mariages dans les années 50. Les préoccupations que l’auteur donne au gérant et à la cliente sont encore très proche de celles d’avant guerre. Cette courte nouvelle, témoignage littéraire des années 50, laisse tout de même penser que des mutations culturelles ont eu lieu depuis le début des années 20. Dans la perspective d’un travail sur tout le début du XXe siècle, il sera intéressant d’y revenir afin d’ouvrir de nouvelles pistes.

1 André Piatier, « Les prix de détail en France depuis 1914 », in Revue économique, Volume 1, n°2, 1950 pp 227-231

2 Henry de Montherlant, Les jeunes Filles, Paris, Gallimard, 1954, p20.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *