Corps en séductions : les mises en scène du corps dans les petites annonces de rencontre

Journée d’études doctorales « La chair et le verbe » 11 mai 2016

Organisée par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin

Corps en séductions : les mises en scènes du corps dans les annonces de rencontre au début du XXe siècle

RESUME DE COMMUNICATION

Au début du XXe siècle, et singulièrement à l’issue de la Grande Guerre, s’organise un véritable marché de la rencontre au rythme de la création de feuilles matrimoniales et de la démocratisation du flirt épistolaire. On peut ainsi discerner un champ de presse large et diversifié allant de la chaste annonce matrimoniale aux annonces plus légères de journaux érotico-comiques. Un célibataire peut en effet se tourner vers les services d’annonces de divers journaux, que ce soit le sérieux Intermédiaire discret1, Les Mariages honnêtes2, le courrier de Midinette3 ou, pour les plus audacieux, les frivoles annonces de Froufrou4 ou Séduction5.

Ces petits textes offrent un accès privilégié à l’observation d’une parole intime qui se met en scène dans une expression publique. Les rencontres sur papier qui en découlent ont ceci de singulier qu’elles sont a priori incorporelles. Pourtant le corps est bien présent dans les petites annonces où l’on met en scène son propre corps dans une posture de séduction, et l’on esquisse celui de son futur correspondant. Il s’agit de comprendre cette place nouvelle des descriptions physiques dans les négociations de la séduction sous l’angle d’un double contexte. Elle obéit non seulement à un processus d’individualisation de la quête matrimoniale et amoureuse dans laquelle il devient nécessaire de se plaire réciproquement, mais aussi à une redéfinition de l’image de soi au XXe siècle qui rencontre de nouvelles techniques telles que la photographie et le cinéma.

Dans l’économie du langage de la petite annonce, la description physique a pour vocation de rassurer le lecteur qui, en l’absence d’une présence réelle, ne peut que spéculer sur le visage à mettre sur les mots. L’annonce, en ce qu’elle tient de l’autoportrait, se veut aussi un miroir de son auteur, tantôt déformant, tantôt partiel. Dans le cadre d’un marché concurrentiel de la rencontre, ce miroir se révèle être une mise en scène de soi où le choix des mots et la sélection des informations ont toute leur importance. Même sur papier, le corps est un argument de séduction ; soit que sa bonne santé rassure, soit que sa beauté attire. De cet argument, il faut aux annonceurs savoir tirer le meilleur parti et naviguer entre la pudeur qu’impose le caractère public du discours, et l’audace que permet l’anonymat. Une audace que suppose la démarche même de la petite annonce dans ce qu’elle a d’encore avant-gardiste.

Ma communication se propose ainsi d’analyser les mises en scènes du corps dans le discours de soi que représentent les petites annonces de rencontre au début du XXe siècle en France. Dans ces mises en scène, le langage est la chair du fantasme : toutes les rencontres épistolaires ne sont pas destinées à se solder par une rencontre de visu, certaines n’aboutissent pas, et d’autres se veulent de simples relations épistolaires. Aussi le discours sur le corps active-t-il les imaginaires (plus le référentiel est vague, plus l’éventail de l’imaginaire est ouvert). Cette analyse permet donc de mesurer les stratégies mises en œuvre par des célibataires qui se confrontent aux normes culturelles du corps au travers des codes de séduction et de sociabilité.

1 L’Intermédiaire discret. Recueil [“puis” Journal] d’annonces de mariage. Bordeaux, 1921.

2 Les Mariages honnêtes. Journal mensuel. Paris 1905

3 Midinette, Journal illustré, Ed. Rouff, Paris, 1926 – 1939.

4 Froufrou, Paris, 1900-1923.

5 Séduction, Paris, 1933-1938.

SUPPORT VISUEL DE LA COMMUNICATION


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *