Le courtage matrimonial : une mise en perspective historique

Dominique Kalifa, dans son récent article consacré aux agences matrimoniales du XIXe siècle, part du constat actuel : les français se rencontrent sur Meetic, Match ou Easy Flirt, et « ils affluent chaque année au Salon du célibataire »1. Ces pratiques nous semblent une manifestation de notre modernité, c’est pourquoi l’historien cherche à en montrer l’origine. Bien entendu les activités de courtage matrimonial sont inscrites dans une perspective historique plus que millénaire. Philippe Viudes2 les fait remonter au monde grec antique où le courtier matrimonial bénéficiait d’une certaine honorabilité, en tant qu’auteur d’une entremise salutaire. Il est celui qui permet le mariage, donc permet le fondement de la famille et, par voie de conséquence, la pérennité de la religion. Le monde romain, en se christianisant, jette un regard suspicieux sur les courtiers, alors appelés proxénètes. Le courtage matrimonial est considéré comme l’un des principaux vecteurs, direct ou non, de la décadence des mœurs. Pour Philippe Viudes, pendant les siècles qui suivent, le recours à cette profession reste si marginal qu’aucun texte de loi ne sera promulgué la concernant.

À l’époque classique la pratique du courtage n’est pas exceptionnelle ; Frosine, la marieuse de l’Avare, en est l’illustration. Le courtage matrimonial reste pendant longtemps aux mains de ces personnages. C’est en ville, lorsque le rôle de la famille se dilue dans l’anonymat, que les marieurs deviennent des agences matrimoniales. Dominique Kalifa les retrouve au sein des « agences d’affaires », qui, dès l’Ancien Régime, proposent à leurs clients des services de tous types, dont matrimoniaux. On peut voir dans L’Indicateur des mariages, l’ancêtre du journal matrimonial; il s’agit d’une feuille d’annonce que publie un « Bureau de confiance » dès la Révolution. Les premières feuilles matrimoniales sont donc celles que publient la plupart des agences qui se développent considérablement au XIXe siècle3. L’explosion de la presse tout au long du siècle permet le développement de revues spécialisées. Jean-Claude Bologne note ainsi l’existence de L’alliance des familles, un journal fondé en 1876, puis la naissance d’une revue du même nom en 1904-1905, avec ce sous titre : Œuvre saine et bienfaisante contre le célibat et les faux mariages4Il semble donc que l’annonce matrimoniale ait existé tout au long du XIXe.

Cependant, Maurice Garden situe sa véritable naissance au début du XXe siècle. Le chasseur français, qu’il étudie, en est un exemple révélateur : la rubrique des petites annonces de rencontres apparaît en 1892, mais le journal n’en fait véritablement une spécialité que durant l’Entre-deux-guerres. Ainsi, pour Maurice Garden, « l’essor de la presse, le développement des tirages, la liberté acquise par le journal favorisent l’émergence de l’annonce matrimoniale comme phénomène social important. […] La Première Guerre mondiale accélère le processus »5. Les travaux de Marc Martin sur ce périodique font le même constat : la Grande Guerre a bousculé les préjugés et banalisé la pratique de la rencontre par correspondance. Les chiffres l’attestent, le Chasseur Français présente « 67 annonces par mois en 1922-1923, près de 450 en 1930-1931 ». Mieux encore, il considère que « la prospérité de ce nouveau marché d’annonces est attestée par la présence dans les Chasseur Français de réclames pour des agences et des feuilles spécialisées. »6

1 Dominique Kalifa, « L’invention des agences matrimoniales », L’Histoire, vol. N°365, no 6, 1 Juin 2011, pp. 76 76.

2 Philippe Viudes, Le courtage matrimonial en France du 19è siècle à la première moitié du 20è siècle, DEA histoire du droit., France, 1994, p4.

3 Dominique Kalifa, « L’invention des agences matrimoniales », op. cit.

4 Jean Claude Bologne, Histoire du célibat et des célibataires, Paris, France, Hachette littératures, coll. « Pluriel (Paris. 1982), ISSN 0296-2063 », 2007, p402.

5 Maurice Garden, « Les annonces matrimoniales dans la lunette de l’historien », L’Histoire, n° 37, Septembre 1981, pp. p. 96 103.

6 Marc Martin, « Images du mari et de la femme au XXe siècle, les annonces de mariage du « Chasseur français » », Revue d’histoire moderne et contemporaine (1954-), vol. 27, no 2, 1 Avril 1980, pp. 295 311.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.