Appel à contribution : recherche de correspondances écrites

Vos greniers ont peut être des trésors cachés ! Je travaille depuis deux ans sur l’entreprise de la rencontre par annonce. Celle-ci n’est pas née avec e-darling, adopte un mec.com, ni même dans les annonces du cœur de Libération. Il est possible que vos arrières grands parents voire vos aïeuls se soient rencontrés par ce biais car depuis le XIXe siècle certaines revues se spécialisent dans la rencontre par annonce.

J’ai pu étudier plus de 4000 petites annonces d’un périodique Bordelais l’Intermédiaire Discret, mais je n’ai pour l’instant accès qu’à la face immergée de l’icerberg : ce qui est publié par le journal. C’est pourquoi j’aimerais pouvoir retrouver les correspondances échangées par les annonceurs afin de comprendre ce qui fait que les gens se conviennent puis se marient au début du siècle.

Pour retrouver les annonceurs je n’ai pas d’autres moyens que de passer moi même une annonce. Si ça vous évoque quelque chose, une vieille histoire de famille, je serais très heureuse de m’intéresser au sujet. Si ça ne vous évoque rien c’est l’occasion de poser la question !

En somme, il y a peut être dans vos greniers des paquets de lettres échangées par vos aïeux. Qu’elles soient, ou non nées d’une petite annonce, ne les laissez pas lettres mortes !

Je ne demande qu’à les consulter, elles resteront, bien entendu, en votre complète possession et je m’engage à vous faire part de mon travail.

Contactez moi dans l’espace des commentaires ou via la page contact.

Mille merci pour votre contribution !


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Danielle Velde dit :

    Madame,
    J’ai écouté avec un immense intérêt votre contribution à la Fabrique de l’Histoire, le 4 mars dernier.
    Mes parents se sont rencontrés par le moyen que vous étudiez – en 1932. Elle habitait Lyon et avait placé l’annonce; papa habitait Poitiers et a lu le journal dans la salle d’attente du dentiste.Leur correspondance quotidienne a été conservée jusqu’à la mort prématurée de maman en 1958. Au moment de son remariage en 1962, alors que j’étais aux Etats Unis, mon père a donné l’ordre à sa propre mère de détruire ces centaines de lettres. J’avais lues celles de maman après sa mort …. et j’avais vu la petite annonce d’origine, découpée dans la première lettre.
    Depuis une vingtaine d’années je cherche cette annonce; j’ai exploré tous les périodique que je pouvais imaginer. Mais je ne connaissais pas « L’intermédiaire discret », ni « Midinettes ».
    Je suis allée à la BNF ce matin: ce n’est pas l’intermédiaire, le style ne correspond pas – mais je suis convaincue que c’est Midinettes. La collections de la BN est incomplète et manquent les années 1928 à 1934….
    Sauriez-vous où ces années existent? ou bien tout a-t-il disparu ?
    J’ajouterai que les parents de mon père n’ont jamais connu le lieu de leur rencontre: celle-ci était dite avoir eu lieu en Espagne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.