L’intermédiaire journal des mariages : l’industrie du mariage entre deux siècles

Initialement publié sur L’atelier numérique de l’histoire

Le lyonnais de la fin du XIXe a pu voir passer une de ces feuilles de presse. Sur ces quelques pages du numéro de mars 1878 de L’intermédiaire, journal des mariages pare sa vitrine de ses plus beaux atours : telle jolie blonde de 20 ans « dotée de 140 000 francs », tel grand baron de 36 ans, ou encore tel « sous lieutenant ayant un titre nobiliaire »… Ce document couche sur papier les indices d’une pratique, celle du courtage matrimonial, phénomène marginal qui prend de l’ampleur dans le paysage sociétal de la fin du XIXe siècle[1]. Il se structure dans les « bureaux de confiance » ou « bureau d’affaires » qui finissent par adopter l’appellation d’agence matrimoniale. Versant public de cette activité de journal matrimonial ouvre les portes de ce monde singulier.

Entre le monde de l’agence et le monde de la presse

L’entreprise à l’origine de la publication du Journal des mariages fait figure d’hybride et de lien entre deux types d’industrie du mariage : l’agence matrimoniale et la presse matrimoniale. Une transition s’opère au tournant des XIXe et XXe siècles. De fait, si le XIXe a vu fleurir les agences, celles-ci cèdent peu à peu le pas à des initiatives locales de création de journaux spécialisés dans la petite annonce matrimoniale, encouragées par l’essor de la presse hebdomadaire et le contexte démographique après la Grande Guerre. Aussi le rapport de la presse avec l’agence est-il des plus ambigus.

L’intermédaire se situe précisément au coeur de cette hybridation. L’éloge des agences matrimoniales fait figure de paradoxe car la plupart des journaux matrimoniaux du début du XXe prennent grand soin de se distinguer des agences, véritable anti-modèle, pour se prémunir des critiques que subissent leur confrères[2]. Pourtant certaines de ces publications en sont bien issues, simple service de l’agence ou dernière survivance de celle-ci, mais le discours fait souvent de en sorte de laisser planer le doute. Dans le cas présent le Journal des mariages n’est pas une feuille de presse mais la vitrine publique d’une agence tenant salon sur la place Bellecour. À l’inverse des feuilles matrimoniales spécialisées, le journal ne présente, semble-t-il, qu’un échantillon des stocks disponibles:« Les offres et demandes qui se trouvent ci-desous ne représentent qu’une faible partie de notre répertoire. Nous sommes en mesure de satisfaire à toutes les demandes qui pourraient nous être faites ». Il s’agirait donc là d’une véritable feuille de réclame comme pourraient en publier des maisons de commerce.

Un moyen de rencontre avant-gardiste pour un mode de rencontre traditionel

« Nous sommes assurés que les préjugés qui battaient en brèche notre mission éminemment utile ont disparu, emporté par l’irrésistible bon sens public qui juge une œuvre autant par son but que par ses résultats »

La publication est l’occasion d’un discours de re-présentation mais surtout de justification et légitimation de leur activité. La prétendue confiance dans le bon sens public révèle combien la stratégie publibitaire doit composer avec cette réputation de « maisons d’illusion », « miroirs à alouettes », et « officines infectes » qui exploitent la crédulité de leurs clients [3]. Aussi doivent-il démontrer le bien fondé de leur entreprise. L’argumentaire révèle la frilosité du XIXe en matière de mœurs : la publicité dans toute sa modernité n’a pas pour vocation de servir la nouveauté mais bien la tradition : « Nous dirons d’abord que dans tous les temps et dans tous les pays il y a eu des intermédiaires pour les mariages. Nous n’avons donc rien innové, nous avons spécialisé. » L’agence se présente comme un versant professionnel des intermédiaires rituels aux pourparlers matrimoniaux. La publication des annonces n’exempte donc pas les candidats au mariages du passage par les bureaux, car la rencontre ne peut se faire par correspondance. Le journal n’est donc pas seulement destinée aux potentiels célibataires concernés, mais à tous les intéressés par une affaire, le mot ayant ici toutes ses connotations : « Les personnes qui auront procuré un parti recevront la moitié, le tiers ou le quart de la somme provenant de la commission suivant le concours qu’elles pourront prêter ». Il s’agit d’élargir le monde relations qui gravite autour de l’agence. L’entreprise prend des allures de bureau de renseignements avec comme arguement de vente la facilité des démarches; leur ambition est de « préparer la voie en facilitant les recherches diverses et préliminaires qui sont indispensables » à l’union assortie. Mais il est aussi plus avantageux de montrer que leurs clients n’ont pas fait appel à l’agence en désespoir de cause mais par choix de déléguer à un tiers, professionnel qui plus est, ces questions délicates.

On sent donc que l’industrie du mariage de la fin du XIXe pense en termes de relation et non en termes de réseau au sens où peuvent le faire les premiers réseaux sociaux de rencontre au début du siècle suivant : on se targue moins d’élargir vos horizons matrimoniaux en faisant passer votre annonce sous les yeux de nombreux lecteurs que d’être le bon interlocuteur aux bonnes relations pour votre mariage ou celui de « tel ou tel de [vos] proches ». Aussi les mariages que propose l’agence par son concours ne sont-ils pas des mariages d’amour – ceux-ci « n’ont besoin d’aucun intermédiaire »- mais des mariages assortis qui répondent aux critères d’un triptyque clairement défini : « une association de caractères, de sentiments et de fortunes ».

Entre sphère privée et sphère publique : la question irrésolue

L’utilisation de la publicité révèle la difficulté qu’a l’agence à se définir entre les sphères privée et publiques. Le secret et la discrétion au sein des murs de l’agence sont l’esprit même de la profession. Le XVIIIe et le XIXe ont fait de l’agence matrimoniale le lieu où se réfugient les individus avec tares, les jeunes filles séduites et perdues mais riches, ou les nobles endettés [3]… Le recours à l’agence matrimoniale fait l’objet d’un tabou social. Aussi y a-t-il une quasi contradiction de principe quant à l’utilisation de la publicité. L’ambiguité est patente : si la confiance du client ne s’acquiert que « dans l’intimité du tête-à-tête », l’agence tient tout de même à s' »expliquer publiquement ». De même, l’introduction d’une rubrique « correspondances » repose sur le prétexte, léger, de l’absence de timbre-réponse dans les lettres. Ce sont en fait autant d’exemples donnés au lecteur de la façon dont les affaires des clients sont traitées. Ces réponses publiques à des questions privées révèlent combien la frontière entre les deux sphères est labile. L’évocation du procès dans lequel est pris le gérant est l’occasion de mentionner que celui-ci tourne en sa faveur; une telle information ne trouve sa place qu’à titre de réponse à une question spécifique.

Ce document cristallise la délicate mutation que connait l’industrie du mariage au tournant des XIXe et XXe siècles. L’utilisation de la presse ne s’accompagne pas de la création d’un réseau social mais sert la tradition du courtage matrimonial et contraint le journal à une prise de position ambigüe entre les sphères privées et publiques qui ne se résolvent pas sans ébranler les fondements mêmes du métier au siècle suivant.

[1] Dominique Kalifa, « L’invention des agences matrimoniales », L’Histoire, vol. N°365, no 6, 1 Juin 2011, p. 76.

[2] La précision est quasi systématique durant l’Entre-deux-guerres, par exemple :  » Nous tenons à bien faire remarquer à nos abonnés que l’Écho du Foyer n’est pas une agence matrimoniale » L’écho du Foyer, Paris, 1920

[3] Jean Claude Bologne, Histoire du célibat et des célibataires, Hachette littératures, 2007, p402.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Benjamin dit :

    Luc Ferry proposait de traiter comment et pourquoi le mariage d’amour et la famille moderne étaient nés en Europe dans son livre « La révolution de l’amour » (Plon, 2010).
    Claire Lise Gaillard livre ici une analyse particulièrement fine et éclairante sur la mutation de l’industrie du mariage au tournant des XIXe et XXe siècles.
    La présentation de « L’Intermédiaire » est d’autant plus intéressante que cette agence ne propose pas de mariages d’amour mais des « mariages assortis » en fusionnant “une association de caractères, de sentiments et de fortunes”.

    Merci pour cette présentation particulièrement plaisante à découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *