Le marché de la rencontre

La multiplication récente des petites annonces de rencontre, via internet notamment, captive aujourd’hui l’attention des les sociologues. Ils y voient le reflet de véritables évolutions sociales, autant que la traduction d’enjeux économiques. Mais cette industrie de la rencontre a des racines déjà bien ancrées dans la société de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Agences matrimoniales et presses spécialisées prennent une ampleur non négligeable au tournant des deux siècles, mais c’est véritablement après la Grande Guerre que l’industrie du mariage se sent pousser des ailes.
Au tournant des XIXe et XXe les rapports de séduction connaissent de profondes mutations aux prises avec les bouleversement des normes de genre. Les années d’Entre-deux-guerres, à cet égard, en sont des plus représentatives. À cette période où hommes et femmes se retrouvent ou se mettent à rechercher le parti qu’ils n’ont pu trouver durant la guerre, les rapports de sexe doivent se reconstruire. Le cadre de la séduction, dans la modernité qu’elle prend alors, en est révélateur. Les individus doivent se choisir et jouer avec les normes du féminin et du masculin. Le marché matrimonial, avec ses particularités d’après guerre, et son aspect plus moderne qui le distingue de la Belle Époque, révèle ces enjeux.
Les petites annonces, en tant que lieu de mise en scène de soi en vue d’une union, autorisent l’historien à rechercher les idéaux féminins et masculins qui pourraient s’y dessiner, et plus largement les représentations communes aux célibataires dans le cadre d’une quête matrimoniale. Outre les jeux qui s’y aux frontières du genre, ces journaux sont les témoins privilégiés des problématiques d’histoire du couple et de la famille durant la période de l’entre deux guerres. Proposés aux célibataires, ils en donnent une certaine représentation, et promeuvent un certain idéal du mariage et du couple. Ce travail ne prétend pas remonter aux racines de la pratique de la rencontre par annonce, mais du moins, en étudier une période charnière pour en montrer l’historicité.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.