[école d’été] – Initiation à l’analyse de réseaux

A l’issue de l’école d’été organisée à Nice début juillet, ce billet se présente comme un petit retour d’expérience. La formation était organisée par le groupe Analyse de réseaux en SHS et Res-Hist, avec l’aide de la MSH du Sud-Est. J’y ai participé dans le but d’avoir de nouveaux outils à disposition pour l’analyse du Courrier de Midinette, dont j’ai déjà longuement parlé dans ce carnet.

La formation ne ment pas sur son nom il s’agit bien d’une initiation à l’analyse de réseaux. Les néophytes n’y sont pas perdus mais les initiés y trouvent aussi leur compte. Les premières séances assurées par Laurent Beauguitte ont été l’occasion de débroussailler cette notion de réseau aussi floue que polysémique1. Cette mise au point sémiologique est l’occasion de dissiper certains mal-entendus, le réseau étant moins l’objet étudié que la méthode analytique du chercheur sur son objet. Claire Lemercier a eu l’occasion d’insister sur ce point : les réseaux ne sont  pas une catégorie d’objets, mais c’est une manière de les regarder2.

La plongée dans le monde des réseaux se fait d’abord par l’apprentissage d’un vocabulaire descriptif spécifique auquel il est bon de se familiariser comme on le ferait avec une langue étrangère : le graphe ou réseau est-il orienté/non orienté, valué, booléen, signé, simple ou multiplexe , etc ? Ces outils de description en poche il possible de visualiser quelques questions de recherches :

– qualifier le réseau : est il dense ? hiérarchisé ?
– quels sont les sommets les plus centraux (centré de degrés, d’intermédiarité, de proximité)
– existe-t-il des cliques ou cluster ? (à calculer en terme de transitivité)
– quelles sont globalement les dynamique qui régissent le réseau ?

Il était très appréciable de sentir que la pluridisciplinarité de la formation n’était pas une étiquette artificielle. Au delà de nos spécialisations respectives, le travail sur les méthodes d’analyses a été l’occasion de décloisonner les disciplines autant que de mesurer une véritable cohérence des sciences sociales. Les échanges entre (pré-)historiens, sociologues, géographes et autres permettent entre autre de démystifier les données : la recherche de l’exhaustivité des corpus ou de la donnée brute est aussi partagée qu’elle est illusoire. Le chercheur produit des données de réseaux, qu’il travaille avec quelques tessons d’amphores ou avec les Big data. Notre exigence scientifique ne doit donc pas se tromper d’objet : il s’agit moins de rendre compte d’un réalité cachée qu’il faudrait mettre au jour, que de garantir la plus grande traçabilité entre les résultats et la source.

Rosemonde Letricot et Marion Maisonobe ont eu la lourde tâche de nous faire passer de la théorie à la pratique avec le package igraph sur R. Les différents scripts3 qu’elles ont faits à cette occasion permettent déjà (avec un peu de pratique indéniablement) de produire de nombreuses visualisations et de calculer des indicateurs très fins pour une première analyse de réseaux.

En quelques mots c’est une expérience que je ne peux que recommander à tous les jeunes chercheurs en sciences sociales, la formation est courte mais très complète, et la proximité entre la plage et le campus permet aux participants de se rencontrer bien plus efficacement qu’autours des traditionnels buffets de colloques ! L’organisation prévenante et millimétrée de Silvia Margazalli et Pierre-Yves Beaurepaire y sont aussi pour beaucoup.

NOTES

1 – Voir P. Musso, Critique des réseaux, PUF, 2003

2 – A  simple titre de comparaison on trouve le même type de confusions lorsqu’il est question des études de genre. Il n’existe pas de sources genrées, mais toutes ou presque peuvent être passées aux lunettes méthodologiques du genre (avec plus ou moins de plus-value évidemment) .

3 – Retrouvez les supports de cours ici

QUELQUES RESSOURCES UTILES :

https://reshist.hypotheses.org/
elementr.hypotheses.org
https://groupefmr.hypotheses.org/category/glossaire
https://arshs.hypotheses.org/


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *