[lecture] Réflexions autour de L’étonnante histoire des belles mères Yannick Ripa

« Je n’ai pas besoin d’aller à la mer passer mes vacances, je fais simplement le tour de sa personne et j’y mets un bon mois ! » Midinette, n°141

En lisant l’ouvrage collectif L’étonnante histoire des belles mères sous la direction de Yannick Ripa, j’ai voulu rechercher la place qu’occupent ces personnages dans l’imaginaire du marché de la rencontre. La figure de la belle mère, comme le rappelle Yannick Ripa nait d’un triangle relationnel belle-mère/fille/nrendre ou belle-mère/fils/bru. Les belles-mères m’intéressent dans le moment où précisément elles ne le sont pas encore, lorsqu’elles ne sont que mères. Au XIXe siècle au moment des négociations matrimoniales ce sont souvent elles qui se rendent dans les salons des marieuses ou dans les bureaux des agences matrimoniales pour leur filles, sans que celles-ci soient systématiquement au courant. Dans ce schéma, il n’est pas rare que le futur gendre rencontre d’abord sa belle-mère avant de connaitre son épouse. Les belles-mères sont à ce titre des actrices centrales de la négociation matrimoniale, avec un fort pouvoir de décision. Toutefois, en l’état actuel des recherches, ce n’est que la littérature qui dépeint ce rôle central des mères dans le secret des salons et des agences de mariage.

Yannick Ripa raconte comment le XIXe siècle a « inventé la belle-doche » au fil d’une offensive médiatique sans pitié contre les belles mères. Le trio du couple avec la belle mère est un topos du théâtre de boulevard et la guerre entre belle-mère et beau-fils s’affiche avec pittoresque sur les cartes postales. Cet imaginaire est loin d’avoir disparu au premier XXe siècle : parmi les préoccupations des candidats au mariage, la question des belles mères occupe une place non négligeable. S’il n’en est pas fait mention dans les petites annonces de rencontre, en revanche les craintes se lisent facilement dans les courriers de lecteurs.

En mars 1939 le magazine Confidence lance une enquête sur ce qui empêche les hommes de se marier. Parmi les différentes raisons les célibataires doivent se prononcer sur celle-ci :  « vous n’aimeriez pas avoir une belle-mère ? » : 29% de « oui », 33% de « peut-être » et 38% de « non ». Les positions sont moins tranchées que pour d’autres questions, mais ces chiffres montrent que la présence d’une belle mère dans le futur foyer peut être vue comme un obstacle au bonheur conjugal et de surcroit une raison pour les hommes de ne pas s’engager dans le mariage.

Dans le courrier de Midinette, abondamment étudié dans ce carnet, la « belle-mère » est un sujet un soi. Les courriéristes, pour la plupart en quête matrimoniale, sont en effet friands des sujets qui tournent autour de la vie conjugale qui les attend. Voici recomposé, les éléments du débat qui occupent les midinets et midinettes. Les hostilités sont lancées en mars 1934 :

L'OISEAU MOQUEUR à tous : toute belle-mère soucieuse du bonheur de ses enfants devraient se faire un devoir de leur dire ceci : vivons bien, mais chacun chez soi », cela éviterait souvent bien des discordes ! Qui partage mon avis? n°407

L’OISEAU MOQUEUR reçoit de nombreuses réponses de jeunes filles inquiètes quant à la présence potentiellement envahissante de cette future belle-mère :

"BLONDE RÊVEUSE Les belles-mères ? je n'aime pas ça et je frémis lorsque je pense au moment ou j'en aurai une, il me semble que ce sont des êtres peu sociables et destinés à mettre la brouille dans les ménages. J'en connais pourtant quelques-unes assez abordables. Mais combien sont rares ces dernières. Oui, parfois, j'ai fait un rêve sur ma future belle-mère, je me l’imaginais bonne serviable et surtout ne se mêlant pas de mes affaires. Si ce-rêve pouvait être vrai, c'est ça qui serait chic ! Vous envoie a tous et toutes mon plus beau sourire. A la prochaine." n°411
"MIREILLE à l'OISEAU MOQUEUR Très souvent, en effet, je me suis demandé si je pourrais associer mon caractère à celui d'une belle-mère ce n'est pas chose facile, paraît-il. car elles ne sont pas toutes faites sur mesure, et loin d'être des anges elles sont même parfois méchantes! Aussi, a mon avis, mieux vaut s'en passer quand on le peut  !" n°413
"GRELOT AGITÉ à l'OISEAU MOQUEUR (sujet 398) : Ma belle-mère, je la voudrais ni jeune ni vieille, ni belle ni laide, moderne." n°411

Dans l’attente de la vie conjugale, l’imaginaire des jeunes filles construit donc aussi bien un idéal masculin qu’un idéal de la belle-mère pour une vie heureuse. Elles anticipent ainsi la place de cette femme dans leur vie à venir et en font manifestement, si ce n’est un critère de choix du conjoint, au moins un élément d’appréhension. La crainte qui transparait ici est celle de subir une domination qu’elles n’auraient pas choisie. On comprend quelques numéros plus loin que l’OISEAU MOQUEUR évoque les déboires avec sa propre belle-mère :

"OISEAU MOQUEUR à tous et toutes : Par bonheur que tout est permis quand on rêve, car, figurez-vous que j'ai rêvé à ma belle-mère, que j'adore comme vous le pensez, que j'aime lorsqu'elle est chez elle et moi dans mon logis; enfin moins je la vois mieux je me porte, tel est mon franc langage que beaucoup n'osent dire, mais pensent comme moi."n°410
"L'OISEAU MOQUEUR - Pour celles qui ne m'ont pas très bien compris, je précise que mon co 407 s'applique en général (sauf quelques exceptions à toute belle mère vivant en contact journalier, et d'une façon permanente dans les mêmes locaux que sa fille et son gendre ou inversement qui fait que ce genre de vie est souvent cause de malentendus qu'il serait si facile d'éviter si la belle mère, tant soit peut raisonnable, se contentait de vivre chez elle. En admettant encre qu'elle ait son habitude dans la même maison que ses enfants, ce qui sera un gage certain de paix et d'union entre eux; car bien que je ne suis pas cruel au point de reléguer les pôvres belles-mamans à 20 lieues à la ronde ! à moins donc de cas fortuits cependant... Je ne parle pas du beau-père car il en est réduit çà un rôle de second plan. A vous d'en tirer une loyale conclusion." n°434

Comme le rappelle Yannick Ripa la figure du beau père est gommée : « son invisibilité suggère son absence plus que sa discrétion » explique-t-elle (p. 12). On remarque que le genre clive le débat. Si les jeunes filles sont inquiètes pour leur future indépendance, elles mentionnent également la nécessité de s’adapter à la situation, au nom de l’amour conjugal :

"TYPHON [...] à  MILADY. Vous avez peut-être raison, une belle-mère n'est pas toujours aimable, mais je vous assure que si j'en ai une je ferais mon possible pour l'aimer ne serait-ce que pour faire, plaisir à mon mari." n°436

"VALSE MYSTÉRIEUSE à L'OISEAU MOQUEUR Ah vous parlez des belles-mères, il est vrai que la vôtre est si mignonne que vous voudriez savoir si toutes sont pareilles. Eh bien je vais vous faire le portrait de la mienne, grande et si mince que je n'ai pas besoin d'aller a la mer passer mes vacances, je fais simplement le tour de sa personne et j'y mets un bon mois !... mais elle est très gentille, elle a un singe, un perroquet, deux tortues, quatre chats et c'est tout  !... C'est elle qui prépare les repas et comme elle prise beaucoup cela nous fait pas mal d'économies..: mais je ne sais ce que je fais le crois cher René que j'écris en ce moment un rêve, et que si un jour j'ai une belle-mère elle ne ressemblera pas a celle-ci. Qu'importe la beauté et le caractère, on sait bien que personne n'est parfait et qu'il faut savoir se supporter, je me ferais gentille, je ferai on sorte de ne jamais la contrarier, qu'elle sera forcée de m'aimer et puis j'aimerai tant son fils qui sera mon petit mari chéri." n°414

Chose assez rare, une voix s’élève même pour défendre les belles mères sans que l’on ne sache s’il s’agit d’une fidélité aux mères ou d’une anticipation de la belle mère qu’elle pourrait être un jour, quoi qu’il en soit AIGRE ET DOUCE – une habituée des débats houleux – réclame un peu de respect pour celles qui sont dénigrés dans le courrier :

"AIGRE ET DOUCE à L'OISEAU MOQUEUR : Toute mon antipathie pour votre 398. Soyez donc un peu plus respectueux envers les belles-mères, je vous prie. Votre question est absurde, vilain z'oziaud ébouriffé. Ah! je vous étonne, et pourtant c'est ainsi." n°413

Une seule réponse masculine a été retrouvée dans cette conversation mais aussi la plus tranchée :

"JEUNE MUSICIEN EN SANA à l'OISEAU MOQUEUR : si j'emmenais ma belle-mère en Suisse et que l'accident dont vous parlez se produisait, eh bien, je la laisserais ou elle est, tant pis pour elle. Les belles-mères ça ne vaut pas cher." n°447

Que nous disent ces quelques bribes de conversation dans le courrier de Midinette ? En accord avec le sondage de Confidences quelques années plus tard, les belles-mères restent une figure crainte au sein du couple, et vue comme l’ennemie sinon du couple au moins du gendre. La cruelle image d’Epinal de « belle maman », construite au XIXe siècle résiste au début du XXe siècle. Si les garçons ne veulent pas entendre parler d’une ingérence de leur belle mère dans leur futur foyer, les jeunes filles du courrier, elles semblent se résigner avec appréhension à la situation, ayant bien appris dans les romans que l’amour peut tout faire supporter.

L’ouvrage collectif dirigé par Yannick Ripa ouvre des perspectives tout à fait fructueuses pour lesquelles les études de cas devraient se multiplier. Cette micro-étude sur les courriers de lecteurs devrait, pour avoir de véritables hypothèses être systématisée.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *