Correspondances publiques et correspondances privées : les réseaux épistolaires d’un courrier de lecteurs dans les années 1930 [Journée d’études]

Journée d’études « modéliser l’espace épistolaire en histoire : concepts et méthodes »

[Résumé de communication]

SUPPORT VISUEL DE LA COMMUNICATION

A partir de 1926 et jusqu’en 1939 le journal illustré Midinette offre à son lectorat une « boite aux lettres » dans laquelle les lettres se veulent un appel lancé à la communauté des lectrices. Les lectrices, puis les lecteurs s’écrivent alors sous pseudonymes et se répondent d’un numéro sur l’autre : ces jeunes entre 16 et 25 ans aiment à y parler loisirs, faits de société mais surtout sentiments, amour et mariage. Le « courrier » devient ainsi une plateforme de rencontres où des réseaux de sociabilités se tissent à deux niveaux notamment au rythme des flirts épistolaires. Les colonnes du journal consacrées au courrier définissent un premier espace épistolaire dans la mesure où les « communiqués » adressés aux uns et aux autres sont autant de petites lettres ouvertes d’une correspondance publique. Mais ce premier niveau d’échanges se double d’un plus vaste réseau de correspondances postales entre les abonnés : en laissant leur adresse au journal ils peuvent recevoir lettres et cartes-vues de leurs correspondants du courrier. Nous n’avons d’autre traces de ces flux épistolaires que ce que veulent bien en dire les courriéristes dans le journal.

En étudiant sur une année de publication toutes les interactions entre ces épistoliers il est possible de modéliser non seulement un réseau social, mais aussi les différents espaces épistolaires qui lui sont liés. Cette présentation se voudra celle d’un work in progress qui se confronte à la très grande fluidité du réseau étudié. Elle cherchera à comprendre dans quelle mesure la structure des réseaux de correspondances infirme ou confirme un changement d’échelle dans les relations inter-personnelles que peuvent favoriser les bouleversements de l’histoire des communications et des médias durant l’Entre-deux-guerres en France.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *