« Modéliser l’espace épistolaire en histoire » [Journée d’études]

Marianne CHARRIER-VOZEL « L’espace épistolaire du texte aux archives »  (université Rennes 1 – CECJI-UBO)

L’intervenante rappelle que la lettre est par excellence l’objet de la médiation à différents niveaux : entre les épistolaires,  l’espace et le temps, le réel et l’imaginaire, le soi et l’autre… Elle présente quatre axes pour esquisser les contours de l’espace épistolaire.

Un espace textuel et générique. En littérature notion de genre permet de classer les choses. Le genre a bien a voir avec la construction d’un espace dans lequel la lettre doit trouver sa place. D.Diaz dans L’épistolaire ou la pensée nomade définit l’épistolaire comme un genre en transit qui se construit dans la dynamique de l’échange. L’espace épistolaire est pensé comme un dialogue entre absent. Donc l’espace épistolaire se construit sur un paradoxe : le geste épistolaire se nourrit de la distance qu’il prétend abolir.

Un avant texte de l’œuvre ou épitexte : L’espace épistolaire est au seuil de l’œuvre, la lettre peut être est une archive de la création (interactions qui participent à la création littéraire (cf revue Epistolaires n°38).

Un espace discursif et scénographie : le jeu des interactions. L’intervenante cite C.Kerbrat Orecchioni « l’interraction épistolaire », 1978 : compare la communication épistolaire et la communication en face à face. Ce qui caractérise la lettre c’est la distance spatio-temporelle.  La notion de rapport de classe s’articule avec celle de chorégraphie et scénographie épistolaire. L’espace épistolaire est un espace très ritualisé.

De l’intime au réseau : la quadrature du cercle. La lettre est à l’intersection entre individuel et le social, le secret et l’ostensible. L’espace épistolaire est un lieu de transaction entre ouverture et fermeture, entre confidence et manipulation. L’espace épistolaire est pas seulement le théâtre d’une esthétisation individuelle mais aussi la mise en scène d’un corps collectif.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *