Les « allongés » de Midinette : une sociabilité épistolaire des jeunes tuberculeux [recherche]

Le courrier des lecteurs de Midinette occupe en ce moment une bonne partie de mon temps de recherche. J’y vois un véritable réseau social à plusieurs vitesses dans lequel jeunes hommes et jeunes filles construisent des cercles de sociabilités qui s’entrecroisent et qui reposent parfois sur des correspondances postales. Le courrier du journal est ainsi une plateforme efficace pour les demandes de correspondances qui reprennent assez largement les codes des annonces matrimoniales. Dans ce marché de la rencontre les courriéristes aiment à se rattacher à des types, voire des stéréotypes, ce qui équivaut in fine à se rattacher à un groupe de courriéristes. On trouvera ainsi dans le courrier : les dactylos, les coloniaux, les exilés, les cols bleus, les aviateurs…. La majorité de ces groupes sont très genrés, à l’exception notable des « allongés », ceux qui, en traitement pour la tuberculose sont allongés en sanatorium. Loin de leurs familles, désœuvrés, en proie à l’ennui et à la mélancolie, nombreux sont les jeunes tuberculeux qui voient dans le courrier de Midinette une manière de rompre l’isolement et d’égayer leur quotidien au sana. La plupart cherchent des correspondants ou correspondantes qu’ils se représentent volontiers comme des marraines ou des parrains, quand certains sont des courriéristes réguliers dans la rubrique du journal.

Parmi les différentes figures du courrier les « allongés » se rattachent à celle des isolés et exilés dans laquelle on retrouve les marins les aviateurs et les coloniaux. Mais à l’inverse de ces dernières on trouve aussi de nombreuses jeunes filles parmi les allongés, il s’agit là d’une catégorie plus mixte que les autres types ou stéréotypes du courrier. Je ne m’attendais en démarrant cette étude sur Midinette, à trouver les trouver si représentés. Didier Fischer dans son article sur les sanatoriums des années 50 rappelle pourtant que la tuberculose, maladie mortelle, a été un fléau majeur en milieu étudiant. Si la préoccupation de permettre aux étudiants que continuer leur formation pendant leur traitement est soulevée durant l’Entre-deux-guerres elle n’est largement mise en place qu’après la Libération.

Les demandes de correspondances des allongés ne diffèrent pas a première vue des autres demandes de correspondances. Le but recherché est toujours plus ou moins le même : il s’agit de se trouver une ou un correspondant régulier avec qui entretenir une relation épistolaire suivie, qu’elle soit amoureuse ou amicale. Mais il peut aussi s’agir d’une pratique de la correspondance qui est plus de l’ordre du loisir lorsque le but est de multiplier les correspondants pour augmenter et parfaire sa collection de timbres ou de cartes postales.

« Sommes seuls au monde »

Ce qui distingue cependant les annonces des tuberculeux des autres est la motivation au principe de cette démarche de correspondance. La rubrique de courrier semble être un des derniers liens qui les rattache au monde dans ce qu’il a de plus vivant. Beaucoup de ces petites annonces sonnent comme des appels à l’aide ou au moins, à la compassion (il n’est pas rare que l’annonce mentionne un « SOS »). La solitude et l’isolement sont les premiers maux pointés du doigt par les malades :

COEUR A AIMER N°9, 30 ans et DÉSESPÉRÉ DE LA VIE, jeunes gens en sana, cherchent marraine. Sommes seuls au monde. Très affectueux. Merci. Midinette, 1935, n°428.
GUITARE D'AMOUR blonde, jeune fille, 19 ans, aimant la musique, la danse, la poésie, connaît des heures de tristesse profonde par la cruelle maladie qui la tient éloignée du monde depuis plusieurs mois déjà. Trouverai je parmi les correspondants de ce journal un parrain ou une marraine compatissants pour égayer mes jours futurs. Adresse au journal. Midinette, 1936 n°478

La correspondance est vue comme une faveur qui leur serait faite, en témoigne le remerciement par avance. Il faut rappeler que les séjours en sanatorium sont non seulement longs, mais aussi géographiquement éloignés des grands centres urbains : dans les montagnes ou sur les littoraux pour profiter des bains de soleil et de l’air pur. Etre placé en sanatorium signifie donc d’être coupé de son environnement familier : qu’il s’agisse de la famille ou des amis. Bien évidemment des camaraderies se tissent entre les « camarades de chaises longues » ce qui n’empêche pas de vivre l’isolement collectivement. Aussi n’est-il pas rare de lire des annonces de correspondances écrites à deux :

CAMELIA BLANC et CHAPERON ROUGE BEARNAIS Jeune femme, 30 ans, brune, et jeune fille, 23 ans, également brune, toutes deux en sana, ont le cafard sous le ciel de Pau, font leur entrée au courrier. Qui voudra, leur souhaiter la bienvenue? Demandent parrain et marraine pour adoucir leur séjour et chasser l'ennui. Recevront directs et enverront vues du beau pays béarnais à toutes et tous. Adresse au journal.
L'INSTANT QUI PASSE et L'ESPOIR DE VIVRE sont deux pauvres malheureux qui viennent chercher asile dans le courrier de Midinette. Lesquelles d'entre-vous pourraient nous prendre comme filleuls. Accourez vite chères marraines pour venir adoucir notre vie. Midinette,1934, n°414

A l’isolement vient s’ajouter l’ennui, les allongés insistent fréquemment sur la morosité de leur journées. Le choix des pseudonymes, comme pour les autres courriéristes, n’est jamais innocent, de même que le « CAMELIA BLANC » n’est pas sans évoquer la toux de la dame aux Camélias, le « DESESPERE DE LA VIE » évoque la cruelle question de l’espoir ou du désespoir qui hante le quotidien des allongés. Entretenir une correspondance peut être vu par les malades comme une façon, non seulement de tuer l’ennui mais aussi de garder espoir en envisageant ce qu’il y a en dehors du sanatorium :

J'AVAIS REVE Quel jeune homme, bonne éducation, de 15 à 35 ans, bon et affectueux, soit aux colonies, soit en France, aimerait correspondre avec jeune fille, 25 ans, physique agréable, grande, distinguée, très douce et sérieuse, sans soutien, ni affection, isolée pour l'été dans une maison de repos de l'Atlantique. Un doux regard vers l’espérance. Midinette 1934, n°409
PETIT SUISSE Suisso-français, 35 ans, grand, 1 m. 78, sana, mais guéri en septembre, cherche demoiselle, veuve ou correspondante divorcée, de 26 à 40 ans. Joindre photo si possible qui sera renvoyée ou échangée contre la mienne. Pressé et sérieux. Adresse au journal. Midinette 1934, n°403

Au delà de la mort de l’ennui c’est le flirt qui est recherché dans les correspondances. Et en effet, ce type de demandes relève plus largement du flirt épistolaire fréquemment pratiqué par le biais du courrier.

« En sana cherche marraine »

Dans la rubrique du courrier ces demandes viennent prendre place dans un marché de la rencontre aux lois strictes. L’attractivité du portrait est centrale pour obtenir des correspondants. Mais se représenter en souffrance n’est pas chose aisée. Le corps dans les petites annonces de rencontre est, en règle générale, un corps en séduction, campé sur ses qualités. Ici difficile de faire de même, ce qui n’empêche pas les jeunes hommes dans leurs stratégies de séduction de reprendre les codes des annonces qui paraissent 15 ans plus tôt dans lesquelles les poilus demandent des marraines de guerre. Il semble ici qu’ils reprennent à leur compte l’héroïsme de leurs ainés au front en transposant la situation sur l’éloignement par le sanatorium pour susciter la compassion et réveiller quelque chose de l’ordre du care chez les jeunes filles. Par exemple la mention du cafard, très fréquente, est une reprise directe d’un thème qui court dans toutes les annonces de poilus :

COEUR EN SOUFFRANCE. Jeune homme, 17 ans, en sana, cherche charmante et gracieuse marraine qui lui ferait envoler son cafard. Gentil sourire pour vous décider. Adresse au journal. Midinette 1936

Tout en se sachant potentiellement en difficulté sur le marché de la rencontre (les lois du marché veulent qu’on préfère le valide au malade s’il y a une perspective de flirt) les « allongés » jouent de leur position, soit en se peignant en héritier des poilus, soit en sur-jouant le malheur :

L’INUTILE BONNE A RIEN, SOS, pour jeunes gens courageux, très mauvaise affaire. Jeune fille en sana, bête laide, pauvre. Qui veut l’aider à une cure d’amélioration intellectuelle pour échange d’idées à sa faible portée. Adresse au journal. Midinette, 1935, n°446.
OFFICIER DE MARINE, 21 ans, désire correspondre directement avec jeune fille sérieuse, ayant très bonne instruction et éducation ; malades, pas instruites ou pas sérieuses, s’abstenir Adresse au journal. n°412 1934

Réseaux de « Réconfort au sana » ou « Gaité au sana »

S’il est un sujet qui fasse consensus dans le courrier – et ils sont rares – il s’agit probablement de la cruauté de la tuberculose. Cette maladie qui touche massivement les jeunes semble susciter un élan d’empathie important dans le courrier. Non seulement les malades sont nombreux à demander des correspondants mais les marques d’affections et de compréhension pour la situation des allongés sont également légion : « amitié aux allongés », « courage aux malades » peut-on lire dans les colonnes du courrier.

D’autre part, de la même façon que se créent dans les grandes villes les « gaités » et « sourires » (rassemblements locaux de courriéristes), nombre sont les villes qui créent, sous l’impulsion des réseaux de solidarité du journal leur club de « Réconfort au sana ». En 1937, dans les dernières années de la publication de Midinette, le Réconfort au Sana de Lyon, dresse dans le courrier un panel de ses missions :

LE RECONFORT AU SANA division de l'Est, 7, rue de la Tunisie, Lyon (1er) Nous venons aujourd'hui pour les nouveaux courriéristes de ce petit journal, pour ceux qui ne savent pas encore ce qu'est le Réconfort au sana. Cette oeuvre de jeune animés du désir de venir en aide, consoler, réconforter ceux qu'une maladie tient éloignés pendant de mois, souvent des années, de leur famille, fondée en janvier 1933 à Lyon par une dizaine de jeunes gens et jeunes filles, grandit très vite et groupe environ cinq cents adhérents répartis dans toute la France. Trois cents malades environ sont secourus par le Siège d'une façon suivante : envoi de secours, de vêtements, de livres à intervalle régulier. Parmi ces adhérents beaucoup furent recrutés dans le petit journal rose. De grand coeur nous les remercions de nous avoir aidés à soulager ceux qui souffrent. Nous rappelons que la cotisation est de 15 francs par an. Nous venons également un timbre annuel en carnets de deux et cinq francs. Beaucoup de filleuls demandent des marraines et nous ne pouvons le satisfaire. Espérant que ma demande sera entendue de vous tous, j'attends beaucoup de lettres et vous dis merci. La Présidente. Midinette, 1937, n°556

Le but de ces organisations est, notamment, de créer un système de parrainage entre les malades de différents sanatorium et les courriéristes. Aussi le courrier de Midinette est-il une plateforme de rencontre efficace pour cela.

PETITE SOURCE A toutes et tous : Nos réunions mensuelles de LA GAIETE AU SANA ont lieu tous les premiers dimanches du mois, le matin a partir de 9 heures. Tous les lundis soir, nous avons une permanence au café de la Monnaie, 175, rue du Temple (métro Temple) à 21 heures. Venez nombreux et nombreuses faire connaissance avec des midinettes et midinets. Le meilleur accueil vous est réservé, vous n'on doutez pas, n'est-ce pas ? J'espère que lorsque ce co. paraîtra chacun en profitera pour me demander un filleul ou une filleule en sana. Je rappelle que nous donnons aux jeunes filles allongées, une marraine, mais pas de parrain. Par contre, les jeunes gens malades sont dotés par nous de parrain à l'exclusion de marraine. Ah... j'ai encore quelque chose à vous dire. On me réclame de vieux disques a phono ayant cessé de plaire, mais en bon état. Qui veut m'aider à réjouir toute une salle de malades, à Berck ? Merci d'avance.
Midinette, 1934, n° 413

PETITE SOURCE Et maintenant toutes et tous, gentils midinets et midinettes qui me lisez: n'oubliez pas que J'ai beaucoup de filleules et filleuls à placer.Si vous étiez vraiment gentils, vous me demanderiez de correspondre avec ces allongés. Je rappelle que le service marrainage fonctionne ainsi : des filleules pour les marraines, et des filleuls pour les parrains. En aucun en cas Il n'est donné d'adresse de jeunes filles aux jeunes gens et vice versa. à faut absolument que tous nos allongés et allongées soient pourvus de parraina et marraines avant Noël. Vite à l'oeuvre mes amis, et si vous connaissez autour de vous des personnes susceptibles d'écrire aux malades, enrôlez-les sous la bannière de la charité, morale et suggérez-leur l'idée de « sauver » au moins une malade. Je dis sauver car c'est en effet arracher une allongée à l'ennui et de ce fait l'amènera la guérison certaine que de lui écrire quelquefois. Mon adresse est ; Mlle BOBE 55, Avenue d'Ivry, PARIS (13e). Midinette, 1934, n° 417

Dans Midinette, c’est la courriériste PETITE SOURCE qui est connue pour se dévouer à la cause et faire le relais entre l’organisation et le journal. On le voit ici, il n’est pas question de flirt épistolaire, les parrainages ne sont jamais mixtes. Mais ces organisations se veulent le relais des demandes matérielles des malades:  elles concernent tantôt des loisirs (il s’agit d’apporter un peu de gaité et d’occupation), tantôt des nécessités financières :

RUDEX pour LE RÉCONFORT AU SANA, 7 rue de la Tunisie, LYON (1er) : Une malade du département de l'Ain sachant faire des empiècements de chemise, de combinaison, cols, parements napperons, et pochettes en broderie sur tulle, napperons au croche L d'art, façon ameublement; de différentes façons; incrustations, napperons, broderie, fil lancé et point de poste sur toile, soutien-gorge au crochet (rosaces ajourées), nous demande s'il n'y aurait pas de gentilles midinettes capables de lui procurer de ces travaux ? En réservant vos travaux aux petits malades vous ferez une bonne action et les paierez moins cher puisque.ceux-ci étant faits à temps perdu. une malade du Puy-de-Dôme nous demande de lui indiquer, en Suisse si possible, un petit hôtel avec bonne nourriture au prix local de 25 francs, par jour maximum. Altitude 750 m. Nos amis de Midinette connaissant un lieu correspondant seraient très gentils de nous le signaler. D'avance à tous merci. Midinette, 1934 n°409

Certains font également ce genre de demande par eux-mêmes, par le biais du courrier :

B.P chères midinettes, je serais heureuse de trouver parmi vous une marraine. J'ai 30 ans, blonde, yeux gris bleu. Suis allongée à Berck depuis dix mois et le suis pour longtemps encore. Je serais heureuse de correspondre avec personne a qui je pourrait me confier, ayant besoin d'affection, étant absolument seule; et qui pourrait me procurer quelques travaux à faire, car je suis sans ressources. Je sais faire la lingerie, jours, etc.,  des prix modérés. Les jours semblent bien longs ici quand on est immobilisée. J'ose espérer une réponse favorable et sais que l'on ne s'adresse jamais en vain au cœur de nos midinettes. Midinette n°124, 1928

communiqué du Réconfort au Sana dans le Courrier de Midinette, 12 avril 1936

CREDITS : image  http://odtfontromeu.blogspot.fr/2013_07_01_archive.html

1 – Didier Fischer, « Les étudiants, la tuberculose et le sanatorium, de la Libération à la fin des années cinquante » Revue Historique, T. 301, Fasc. 4 (612) (Octobre / Décembre 1999), pp. 809-832, Presses Universitaires de France.  Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40956562 Accessed: 30-01-2016 19:52 UTC


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *