[Lecture] Naissance de la revue Sensibilités

En octobre a vu le jour la revue de sciences sociales intitulée Histoire, critique et sciences sociales, au comité de rédaction composé de Quentin Deluermoz, Christophe Granger, Hervé Mazurel et Clémentine Vidal-Naquet. Cette initiative vient assoir et institutionnaliser la place de l’histoire des sensibilités dans le paysage de la recherche.

Son projet est d’aborder les sensibilités non pas comme un objet, mais comme une « démarche de connaissances » au sein des sciences sociales, comme un outil d’intellection des sociétés présentes et passées. Il s’agit pour eux de s’opposer au biais rationaliste des sciences sociales, qui tendrait à ne penser les relations sociales qu’au prisme de la raison; mais aussi à rappeler que les sensibilités qui tissent et trament les relations sociales et humaines construisent des rapports de pouvoir autant qu’elles en sont le fruit.

Les motivations d’une telle aventure scientifique semblent résider dans la conscience de l’impérieuse nécessité qu’ont les sciences sociales de mieux comprendre l’importance de la dimension sensible de la vie collective actuelle. Mais il s’agit également de se donner les moyen de requestionner l’appareil théorique et critique qu’elles ont en héritage pour étudier les sensibilités. A cette égard la revue veut-elle se tenir « à la croisée des savoirs », en mettant en résonance des productions théoriques mais aussi des enquêtes de terrain.

C’est cette démarche qui en définit les 4 rubriques :

  • une rubrique de « Recherche » classique
  • une rubrique intitulée « Expérience » qui se veut un espace d’expérimentation (soit de méthode, d’écriture ou d’édition de textes inédits)
  • La rubrique « Dispute » qui est le lieu de compte rendus d’ouvrages, de relectures de classiques et de véritable controverse scientifique.
  • La rubrique « Comment ça s’écrit » interroge la pratique d’écriture des historiens.
Le charisme

Le premier numéro publié en octobre est consacré à une « anatomie du charisme », un objet très classique des sciences sociales que la revue veut relire à l’aune des sensibilités en considérant qu’il opère à la manière d’un sentiment : « sentiment de puissance par le porteur du charisme » et « sentiment de respect », d’admiration du côté de la communauté où le charisme fait effet. Le choix du charisme comme premier objet d’étude de cette revue peut paraitre un peu surprenant et parfois aride pour un projet qui s’intéresse aux sensibilités. Si d’autres thèmes auraient pu s’imposer, on comprend aussi la volonté du comité de rédaction de rechercher dans ce thème classique à la fois une légitimation institutionnelle, mais aussi une résonance directe avec une actualité politique brûlante.

Aussi la rubrique « Recherche » constitue-t-elle un véritable état de l’art qui interroge l’héritage des conceptions weberiennes et bourdieusiennes du charisme : à la fois constitution d’un appareil théorique et des analyses pratiques. La rubrique « Expérience » regroupe des photographies de danses de séduction de peuples peuls, le décryptage d’un manuel pour développer son charisme, mais aussi le travail graphique d’Aurélien Girard sur « l’invention des figurants » (photographies). On peut ensuite lire l’enquête de terrain de Catherine Lenzi dans les centres éducatifs fermées. La rubrique « Dispute » est l’occasion d’une relecture du travail de l’anthropologue Clifford Geertz sur son ouvrage Savoir local, savoir global, les lieux du savoir. Un véritable coup de cœur personnel pour la rubrique « Comment ça s’écrit » avec l’article d’Arlette Farge qui nous rappelle la dimension sensible et quasi charnelle de l’écriture à la main dans son expérience quotidienne de recherche. On apprécie tout particulièrement que le texte soit scandé par des pleines pages de brouillons du Goût de l’archive.

Ce que l’on retient de cette revue est sans doute la première impression qu’elle donne, celle d’un très beau volume des éditions Anamosa, avec une esthétique et un graphisme auquel il est difficile de ne pas être sensible. Ce parti pris entre en parfaite résonance avec le projet de faire des sensibilités une démarche de recherche, sans négliger la sensibilité esthétique du lecteur.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *