Les petites annonces de La vie Parisienne, flirts et galanteries au tournant des XIXe et XXe siècles

La vie Parisienne, 16 décembre 1916. « La marraine victorieuse du cafard »

Dans un contexte d’une relative liberté d’expression à la fin du Second Empire, La vie parisienne voit le jour en 1863, avec pour ambition de s’opposer à une presse trop sérieuse et de mettre en lumière les plaisirs mondains de la capitale. Au fil de la seconde moitié du XIXe la dernière page du journal fait place aux annonces qui ne sont alors que les mentions des « maisons recommandées » : hôtels, magasins de confection, de mobilier, etc. Puis dans les années 1890 et à la Belle époque les produits recommandés semblent s’orienter davantage vers le souci du corps, son hygiène et sa santé d’abord (publicités de remèdes divers contre les migraines, l’asthme, les ulcères…), puis son esthétique (soins pour les cheveux, la peau, parfums…)

La vie parisienne, 1896-01-04

La vie parisienne, 1896-01-04

Les annonces pour des « soins d’hygiène et de beauté » se multiplient sensiblement, avec des méthodes plus ou moins troubles à l’instar du « traitement électrique et vibratoire » exercé par Mme Scott rue Saint Honoré (La vie Parisienne, 1913-11-29). Il faut avoir en tête que le terme d’hygiène peut être un euphémisme pour désigner les choses de l’inimité et de la sexualité. Au XIXe siècle lorsqu’on évoque les questions de sexualité on utilise volontiers l’expression « d’hygiène conjugale ». Et de fait, dans les annonces de La vie parisienne, les propositions de soins avoisinent dans les colonnes des publicités pour des ouvrages érotiques. Ceux-ci ne sont pas explicitement désignés comme tels et la rhétorique publicitaire use abondamment de circonvolutions métaphoriques et d’euphémismes. Quelques exemples :

capture-decran-2016-09-16-a-01-35-36

La vie parisienne, 1913-12-27

capture-decran-2016-09-16-a-01-35-12

La vie Parisienne, 1913-12-27

Sous les prétextes de goût des « curiosités » ou simplement de « l’amour », c’est ici un marché de l’érotisme qui fait sa publicité. Dans ces années 1910, apparaissent plus sporadiquement des annonces de maison de « mariage » ou de « relations », « présentations », comme celle d’une certaine Mme Dambriers qui en 1913 et 1914, vante sur la dernière page de La vie Parisienne, les mérites de « Mariage, renseignements [une] maison sérieuse et parfaitement organisée. Relations les mieux triées et les plus étendues. – 9h à 8h, 4e étage, 16 rue de Provence ». C’est par ce biais là qu’arrive dans les annonces une première forme du marché de la rencontre.

Les premiers temps de la guerre donnent un coup d’arrêt à ces publicités fin 1914, la dernière page du journal est consacrée à des images patriotiques. Mais fin 1915 on constate dans les dernières pages une recrudescence des publicités pour ces agences de mariage aux « relations mondaines ». Et il est intéressant de noter que cet élan s’accompagne de la création de la rubrique de la « Petite correspondance » de La vie parisienne en décembre 1915. Les annonces qui s’y multiplient alors sont des demandes de marraines de guerre formulées par des soldats toujours plus nombreux. Quelques exemples :

La vie parisienne, 18 décembre 1915

La vie parisienne, 18 décembre 1915

La rubrique connait un succès fulgurant, si bien qu’en mai 1916 les petites correspondances couvrent plusieurs pages du journal, et la rédaction se voit dans l’obligation de prévenir les usagers qu’en raison de la « surabondance des envois » il leur faut attendre un délais de 15 jours à trois semaines pour voir paraître leur annonce, délais qui s’allonge progressivement au fil des années. Jusqu’en 1918 les annonces affluent et la rubrique ne désemplit pas. La vie parisienne est alors l’hebdomadaire le plus diffusé dans les tranchées1. Les soldats y demandent de « gentilles » marraines, ou simplement « correspondantes » pour « chasser cafard », et recherchent singulièrement la « gaité » des jeunes parisiennes. La possibilité du flirt – qu’il reste ou non épistolaire – est évoquée à demi mots. Il y aura beaucoup à dire sur leur contenu c’est pourquoi ces annonces feront l’objet d’une étude spécifique dans un prochain billet, et globalement dans mon travail de thèse. Mais il faut d’ores et déjà souligner que la rubrique ne disparait pas avec la fin du conflit, en 1919 si le nombre d’annonces est largement divisé par 3 à mesure des retours dans les foyers, certains militaires réclament encore une marraines pour « attendre la paix ». Un exemple :

L'ARMISTICE  est signé ! En attendant la Paix, un lieut. de dragons demande une marraine gentille. Ecrire : Lieutenant Pierre, 18e dragons, par B.C.M. La vie parisienne, 25 janvier 1909

Dans cette période de transition où la guerre est finie sans l’être vraiment, les démobilisés ont un retour à la vie civile long et difficile. Mais certains des demandeurs de marraines sont aussi encore en poste notamment ceux qui sont dans les rangs des troupes d’occupation de la Rhénanie. En 1920 la rubrique connait toujours un certain succès et les militaires, qu’ils soient exilés ou sur le sol français, en sont toujours les principaux usagers. Mais on peut observer un glissement des pratiques. Il ne s’agit plus simplement des correspondances entre les marraines et leur poilus : ces soldats ne sont plus dans les tranchées, certains sont dans les colonies, ou dans les territoires occupées, et d’autres simplement en service militaire sur le sol français. Au milieu des militaires d’autres jeunes hommes demandent des correspondantes, sans présenter le prétexte de la souffrance de la guerre. Deux exemples ici :

La vie Parisienne, 1920-05-29

La vie Parisienne, 1920-05-29

capture-decran-2016-09-16-a-10-31-40

La vie parisienne, 1921-03-06

La rubrique subsiste à ce rythme jusqu’en 1928, avec une dominante d’annonces de coloniaux « perdu dans le bled syrien », ou « exilés », qui font valoir le prestige de l’uniforme et cherchent à attendrir les jeunes filles avec le « spleen » ou « cafard » du déraciné. Puis elle semble disparaitre temporairement du journal à partir de 1929, en revanche les diverses publicités du marché de l’érotisme s’affichent avec moins de réserve et sur davantage de pages. En janvier 1932 le journal ouvre une rubrique non plus de « correspondance » mais de « petites annonces ». Première différence avec la première version, le journal se propose de faire transiter les lettres, les annonceurs ont donc un pseudonyme auquel les intéressés peuvent écrire à l’adresse de La vie Parisienne. Les annonceurs ne sont alors plus les mêmes, il reste quelques coloniaux, mais ils sont minoritaires, les messieurs n’ont plus besoin du prétexte ou du prestige militaire pour insérer leur demande de correspondante, comme ci-dessous :

JNE HOMME, 28 ans, gts très  mod. raff. cult. cérébr. échangerait corresp. intér. avec dme même goûts, désintér. Disértion d'honneur. réciproque. Ecrire première lettre à W.STEIN à la "Vie Parisienne"

FILS de famille 26 ans, ayant auto, désire rencontrer amie distinguée. Liaison durable. Ec. en toute confiance; lettres seront retournées. Disc. absolue. Ecrire à LUC M. à la "Vie parisienne"

La vie parisienne, 1932-01-02

INDUSTRIEL, 32 ans, sportif, équitation, boxe, grand, bien physiquement, recherche jne fille ou jeune femme instruite bonne éducation, aimant sports, arts, élégances (joindre photo qui sera retournée) pour randonnées, plage, camapagne les samedis dimanches, grosse voiture, peu libre semaine, cause travail usine. Professionnelles s'abstenir. Ecr. LOVE ab POP. 88, Bd St Michel, Paris

La vie parisienne, 1932-08-27

Ce sont presque explicitement de futures amantes que demandent ces jeunes hommes. Loin d’être matrimoniales ces annonces semblent être un compromis entre l’offre des prostituées et les annonces de mariages. Ces messieurs veulent partager des moments de loisirs mais bien entendu en toute discrétion (rien n’est dit sur leur propre statut matrimonial), et éviter d’avoir recours à des « professionnelles ». Certaines annonces précisent toutefois que cette liaison « pourrait aboutir à un mariage par la suite ».

Mais la grande nouveauté dans cette rubrique de 1932 est sa mixité avec l’arrivée d’annonces féminines. Le profil type de ces jeunes femmes est facile à dessiner tant il est stéréotypé : elles sont jeunes jolies, bien faites, et s’ennuient. Pour y remédier elles cherchent des gentlemen disposés à leur procurer des sorties :

J. FILLE habitant étranger et france 25 ans, grande, blonde, jolie, tr. bien faite, meilleur monde, cherche relations camarade du monde gts modernes, Paris ou Province, pour rencontre et sorties. liaison durable et désint. réciproque. Ecrire à Lalita P. à "la Vie Parisienne"

La vie parisienne, 1932-08-27

Si certaines revendiquent leur désintéressement, tant réclamé par les messieurs, dans beaucoup d’autres propositions les jeunes femmes évoquent la possibilité d’être entretenues par un gentleman qui pourrait « gâter gentiment une amie sérieuse ». Certaines annonces sont quasi-explicitement  des offres de prostitution occasionnelle :

JNE FEMME 32 ans, travaillant dans la journée libre le soir, excell. sténo-dactylo, voudrait trouver occup. lucrative qq. heures. Ecrire à Mlle ANNETTE B. à la "Vie parisienne"

La vie parisienne, 1932-08-27

Il y a également fort à parier pour que nombre de ces annonces soient les vitrines publicitaires de prostituées qui cherchent par là une clientèle à laquelle elles doivent d’abord faire oublier la dimension mercantile de leur travail. On le voit, les limites sont floues, et les non-dits de la petite annonce laissent ouvertes nombre de possibilités. Mais quoiqu’il en soit ces pages sont le support d’un marché économico-sexuel, d’autant plus qu’entre les annonces de rencontre fleurissent les publicités pour des produits érotiques : photographie, littérature galante, et divers « articles d’hygiène en caoutchouc ». Le dialogue entre ces publicités et les annonces, se voudraient-elles les plus innocentes, se fait aisément sous les yeux du lecteur. Dans les années qui suivent les annonces masculines se font plus rare en regard d’une déferlante d’offres féminines, dont la professionnalisation est de plus en plus explicite, au point que ce sont des « agences mondaines » qui insèrent les annonces pour les jeunes femmes qu’elles veulent présenter :

capture-decran-2016-09-16-a-12-03-47

capture-decran-2016-09-16-a-12-04-17 La vie Parisienne, 1935-07-06

Ces agences, insèrent leur propre publicité dans le journal et tentent parfois de se faire passer pour des agences matrimoniales, probablement pour donner le voile de la décence à leurs activités :

MARIAGE ET RELATIONS Irène Desaxe, Unions discrètes, charmantes et incomparables, 5 rue de l'Isly , Entresol, face esc. Cour. Aah à 19h Téléphone Eur. 39.99 
La vie parisienne, 1935-07-06 

Le choix du vocabulaire laisse ici peu de doute, il est davantage question de charme et discrétion que de mariage.  Il n’est pas rare que la presse galante à laquelle appartient La vie Parisienne se fasse le relais de la prostitution, on pourra consulter sur ce sujet l’article de Daniel Grojnowski, et Mireille Dottin-Orsini 2. C’est après 1938 que disparait semble-t-il cette rubrique de petites annonces, et avec elles les relais de maisons de prostitution sous forme d’annonces de rencontre individuelles.

Entre la fin du XIXe siècle et la fin de l’Entre-deux-guerres les pages d’annonces de La vie parisienne ont suivi une évolution marquée. Les réclames de dernière page s’orientent d’avantage vers le corps pour ensuite faire place aux produits galants et érotiques. Dans ce marché de l’érotisme le marché de la rencontre trouve toute sa place : d’abord représenté par les agences dites de mariage, il s’étend massivement avec le succès des demandes de marraines de guerre. Cette expérience, qui fait la renommée de La vie Parisienne dans toute la Franceinfluence durablement les pages de petites annonces du journal, et lorsque la rubrique renait on observe une transposition des annonces soldat- marraine vers celui des annonces plus ou moins érotiques qui reprennent les codes des premières.

 

 

[1] Benjamin Gilles , Lectures de poilus, 1914-1918, livres et journaux dans les tranchées, Paris, 2013, p.310

[2] «La prostitution dans la presse parisienne à la fin du XIXe siècle», Médias 19 [En ligne], Entre l’image et le texte, Guillaume Pinson (dir.), Presse, prostitution, bas-fonds (1830-1930), Publications, mis à jour le : 10/06/2013, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=13387. Il faudra se référer également au travaux de la chercheuse américaine Hannah Frydman, notamment sa communication au congrès de la SHARP (2016) “Reading Between the Lines: Women, Code, and the Informal and Immoral Economy of Intimacy in the Fin-de-Siècle Classifieds” »


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pauline Carminati dit :

    Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur cette carte postale de marraine de guerre (http://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0001143693), peut-être vous intéressera-t-elle – si vous ne la connaissez pas déjà…!
    Pauline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *