[Lecture] Paul Féval, La fabrique de mariages, 1858

Le personnage de l’agent matrimonial et les fantasmes qu’il suscite semblent occuper une place certaine dans les peintures de mœurs du XIXe siècle. La fabrique de mariages de Paul Féval complète de ce point de vue la florissante production de ce célèbre feuilletoniste – de son vivant aussi lu que Balzac ou Dumas.

La fabrique de mariages, roman écrit en 18581, campe au fil d’une intrigue alambiquée le portrait d’un couple d’associés de « marieurs » ou « agents matrimoniaux ». Si le roman compte son lot de jeunes et jolies héroïnes enamourées auxquelles répondent les jeunes hommes, ce sont bien les marieurs (voir leurs associés et sous-traitants) qui sont les personnages ayant le plus d’étoffe dans l’économie diégétique.

Dans ce roman est construit sur la figure de l’arnaqueur, toute l’intrigue tourne autour des manigances faites par les deux personnages principaux pour faire affaires. En 1858 il est assez logique de retrouver dans  la littérature ce traitement fait au monde de l’agent matrimonial, dans la mesure où l’époque est celle ou l’agence gagne sa mauvaise réputation et les arnaques et faits divers liés aux agences sont nombreux dans les rubriques judiciaires des journaux.

« L’habit bleu » et la Marquise de Sainte Croix : un duo entre bas fonds et grand monde.

Le premier personnage que découvre le lecteur est l’agent matrimonial M. Garnier de Clérambeaut. P.Féval soigne l’entrée en scène de son héros et commence par présenter son interlocuteur : M.Fromenteau, pâle reflet ou plutôt mauvaise copie du second :

« Fromentaux […] avait au cinquième étage d’une vilaine maison de la rue de la Harpe, un cabinet d’affaires et de renseignements. Bon métier, métier tout parisien, ou l’on se damne à fond et irrémissiblement pour manger du pain sec.» (T.I chap. 1)

A l’inverse, le marieur lui, est « un tout autre homme », il est dépeint comme un homme de bonne stature et d’un bon embonpoint, élégant dans son « habit bleu » métonymie de l’homme pour la suite du roman. Avant que l’on ne sache sa profession – bien qu’on devine qu’elle ait quelques liens avec les « affaires et renseignements » de son associé Fromenteau- l’homme est socialement identifié :

«  le nom n’était pas au dessous du personnage. Tout le monde ne s’appelle pas M. Garnier de Clérambault. Cela sonne. » (T.I chap. 1)

Un nom qui « sonne pour un agent matrimonial est la première des conditions de la profession (la particule fait office droit d’entrée dans les hautes sphères de la société)2.  Le portrait du personnage se poursuit par la description de ses activités professionnelles, elle offre au discours indirect libre le contenu du « prospectus » publicitaire que P.Féval prête à Clérambault :

Enfin la profession valait l’homme et le nom. M. Garnier de Clérambault par ses relations dans le grand monde (ceci faisait parte de ses prospectus) par la confiance qu’il avait su inspirer aux familles, pouvait offrir son entremise aux célibataires ou veufs des deux sexes, désirant contracter mariage. (T.I chap. 1)

La marquise de Sainte Croix est, quant à elle le personnage le plus complexe du roman, et celui autour duquel toute l’intrigue finit par tourner. Elle n’apparait que tardivement, mais on comprend que c’est elle qui tient les rênes dans la petite association qu’elle forme avec Clérambault, car « quelque étroite fut leur association pour mal faire, une distance énorme restait entre eux »(p.127). L’un comme l’autre, il faut le noter, sont des usurpateurs de titres. Garnier est le fils du domestique de feu la marquise de Sainte Croix, et Flavie (la future marquise du roman) est la fille d’un courtier de commerce de Bordeaux, ayant fuit son foyer dès l’adolescence pour rejoindre Paris. C’est pendant le voyage qu’elle rencontre Garnier qui l’introduit auprès de la marquise, laquelle se prend d’affection pour elle : « deux ans après, marquise était en terre, et Flavie se nommait madame la marquise de Sainte-Croix ». D’affaires en affaires de grandes familles millionnaires de l’entourage de la nouvelle marquise de Sainte Croix se voient ruinés, tandis que celle-ci reçoit de mystérieux héritages de parents tout aussi obscurs. La marquise a un vice : le jeu, raison pour laquelle il lui faut courir après les fortunes du grand monde. Au demeurant elle passe auprès de ses relations pour la dame la plus honorable et pieuse qu’il soit. Très estimée, on la sait toutefois de grande influence.

Les deux protagonistes ont donc un profil similaire : d’extraction modeste, ayant au bénéfice des unions matrimoniales acquis une position dans le monde : Flavie en épousant le veuf marquis de Sainte Croix (qui ne survit pas 2 ans à ce mariage), et Garnier en achetant le domaine de Clérambault avec l’argent de son associée. Il est intéressant de constater que P.Féval se représente ces personnages comme des arrivistes passés dans le grand monde. Car ce sont bien des comtes, comtesses, marquis, maréchaux et généraux (et même ministre) qui constituent la principale cible de leur affaires. Toutefois, le marieur, qu’il soit homme ou femme, est une figure de l’intermédiaire, et ce, à double titre : l’intermédiation au sens strict (il se pose en tiers), mais il est aussi entre-deux-mondes. Dans le roman ces deux parvenus ne peuvent pas se cantonner à leurs relations mondaines. On retrouve dans le roman le thème de l’intermonde – qui colle à la peau de l’industrie du mariage -, lieu à part ou se négocient les intrigues de mariages. Paul Féval fait se dérouler les manigances du duo de marieurs dans le château de la Savate « une grande et vilaine masure en bois […] château construit expressément lors de la régularisation des octrois pour favoriser une vaste entreprise de contrebande. » (T.1, chap VII). Le tenancier, un surnommé Barbedor  « prêtait son humble établissement aux intrigues matrimoniales » (p.97), en se faisant lui même escroquer. Quoi qu’il en soit tout concourt à faire de ce lieu un espace de l’entre-deux-deux, de l’intermédiaire : on est à la limite de Paris (toute une partie de l’intrigue repose sur l’ouverture de la barrière des Pallaissons qui permettrait au tenancier de l’établissement une meilleure connexion avec la capitale). Surnommé le « château de la savate » pour les joutes qui s’y déroulent4 .  Ce n’est en somme pas un lieu ou peut se montrer une marquise, aussi celle-ci s’y rend elle toujours voilée, et dans une arrière salle.

Barrière des Paillassons, Palaiseau, 1819

Barrière des Paillassons, Palaiseau, 1819

Ce duo d’arrivistes n’est un duo que pour le lecteur et quelques personnages avertis puisqu’ils mettent un point d’honneur à ce que l’on ne se doute pas de leur association d’affaires.

La fabrique de mariages : « plumer pigeons errants et colombes égarées sous prétexte de mariage » (p.356)

Du point de vue de l’histoire du marché matrimonial, il est intéressant de comprendre comment P.Féval se représente le monde des agences et des marieurs. On le lit dès les premières pages Garnier de Clérambault est un escroc.  Mêlant le discours publicitaire et le réalisme du chiffre, le narrateur décrypte le système de l’agence de Clérambault et l’étendue de sa clientèle:

« Il fait l’honneur d’offrir aux amateurs des dotes liquides et sérieuses, depuis trois cent francs jusqu’à sept millions quatre cent vingt sept mille sex cent soixante cinq francs. Il ne plaçait que des rosières, et, quand aux épouseurs, il répondait de leur ingénuité sur sa propre tête. Il mariait les humbles aussi bien que les puissants. Son carnet bienveillant couvrait aux cuisinières sur le retour tout comme aux jeunes princesses polonaises, il accueillait même les demoiselles du quartier Bréda, pourvu qu’elles eussent de la candeur et des économies. Son personnel en fait d’hommes embrassait l‘ordre social tout entier. Il avait entre ses mains des cœurs porteurs d’eaux, des coeur avoués en mal d’études non payée, des coeurs de professeurs, des cœurs d’artistes, des cœurs de généraux, et même un coeur de banquier. » (T.I chap. 1)

En somme l’agent matrimonial semble faire feu de tout bois, pourvu que la dot soit sérieuse. Derrière la « bienveillance du carnet », le lecteur pressent les impostures qui peuvent se cacher derrière telles princesse polonaise lorsque qu’elle peut être jouée par une demoiselle du quartier de Bréda3. Paul Féval profite de la description du commerce de Garnier pour faire un portrait à charge des agences de mariage ou comme il les appelle « boutiques ou se vend l’hyménée », qu’ils présente comme un repaire d’impostures

« Mais une jolie chose, c’est le registre. Si vous voulez voir quelques jours jusqu’où peut montrer la poésie des fils de Mercure, ouvrez le registre ou les registres d’une de ces boutiques où se vend l’hyménée. Et précautionnez-vous d’un garde-vue vert pour n’être point ébloui! Ce sont des noms radieux et des fortunes incandescentes ! Il y a là des occasions qui flamboient. Princes russes et filles naturelles de souverains, veuves de nababs, mulâtresses possédant tous les diamants du Penjab ! – colonels en disponibilité, inventeurs qui vont retourner, comme une crêpe dans la poêle, la face étonnée du monde du monde, pairesses du Royaume-Uni, grands d’Espagne de toutes les classes, grimants de l’ambassade turque, rentières des Etats du pape, baronne de la rue neuve Saint Georges, – Américains (révérence parler) présidents de plusieurs républiques mal connues, reines d’îles désertes, mandarins, caciques et brahmes, dont l’un est nu-propriétaire de la pagode de Jaggernaut. J’en passe et des plus absurdes. Je mets au défi les croqueurs de génie qui écrivaient jadis pour Odry d’inventer de pareilles importances. Tout est là, tout ! Les livres de M.Garnier de Clérambault étaient bourrés de fariboles semblables – à cause des relations qu’il avait dans le grand monde. Le registre qui contenait les noms d’hommes, devant être feuilletés par de jolies mains, était relié en velours, celui qui renfermait la liste féminine étant destiné à passer par des doigts graves et forts, avait une reliure de veau. » (chapitre VII)

Sous prétexte de ses « grandes relations dans le monde », Garnier de Clérambaut affiche dans son registre de partis les titres les plus reluisants dont l’exagération fait comprendre au lecteur qu’il n’y a là que des personnages fictifs et des mises en scènes destinées à faire miroiter aux clients potentiels des mariages qu’ils ne pourraient s’offrir sans le concours de l’agence. Dans la mesure où le registre ne peut être que factice, le narrateur s’interroge : « Je ne sais pas si jamais M. Garnier de Clérambaut avait fait mariage, mais il avait beaucoup de clients. L’industrie de ces courtiers de félicité est fondée sur toutes sortes de choses, excepté sur la réussite de leurs efforts. Il parait cependant qu’on a vu des unions cimentées par les soins de ces travailleurs. La Gazette des Tribunaux met au jour parfois les désastreuses suites de ces unions; donc elles existent ». Ce qui est sous-entendu ici c’est que la fond de commerce des courtiers matrimoniaux est moins la commission prise au moment du mariage que les honoraires demandés avant même les rencontres. Pour Paul Féval le constat est sans appel : « Mais qui peut se marier ainsi ? Uniquement les personnes qui ne sont pas mariables. » (chapitre VII)

Garnier de Clérambault, comme ses pairs selon Paul Féval, fait son fond de commerce de l’arnaque au mariage. Sa principale activité consiste à sillonner le pays à la rechercher de jeunes filles qu’il fait passer pour des nièces de la Marquise de Sainte Croix, qui jouent alors d’autant mieux leur rôle qu’elles ne savent pas toujours que c’en est un. Ces « nièces » sont présentées à des barons, marquis et autres comtes, qui peuvent le cas échéant les épouser, mais la spéculation n’est pas là. L’exemple donné dans le roman est celui d’une couturière nommée Justine présentée au baron de Hanau :

« La Gazette des Tribunaux dont nous parlons trop souvent, explique de temps en temps à ses lecteurs ce que signifie le mot d’argot chantage. C’est ignoble, mais que voulez vous ! quand le baron de Hanau ne veut pas épouser Justine, il faut bien que M. Garnier de Clérambault et madame la marquise de Sainte Croix fassent leur frais. »

Les entremetteurs mettent leur baron face à ce dilemme « épousez ou indemnisez ». Et Garnier précise « notez bien que l’indemnité est peut-être préférable au mariage, puisque, dans ce cas là, notre petite Justine peut resservir ». (Tome I, chap VII)

A suivre.

1 – Disponible gratuitement sur google books

2 – On peut noter que c’est également le cas de la « comtesse de Subières » alias  « Tante Joujou » de La marieuse de Charles Henry Hirsch (présentée dans un précédent billet http://marcherenc.hypotheses.org/242)

3 – Le quartier de Bréda est connu au XIXe siècle pour être un lieu de prostitution. Ces demoiselles dont parle Paul Féval sont probablement des Lorettes, jeunes femmes du demie monde, volontiers entretenues, moins à plaindre que les grisettes, mais plus précaires que les cocottes. Voir sur ce point Les filles de noces d’Alain Corbin (1982), mais aussi le livre issu de la thèse de Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, (2015)

4 – Le lieu est le repaire de la « société des Forts-et-Adroits ». Les Forts-et-Adroits sont des citoyens honorablement musclés, qui font argent de leur vigueur et travaillent en public. […] Ils protègent et se battent. Ceci n’a pas lieu gratis. » p. 79.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Hallade Sébastien, « Aux frontières de la littérature et de la politique : les feuilletonistes Alexandre Dumas, Paul Féval et Eugène Sue sous la Deuxième République, des écrivains transgressifs ? », Sociétés & Représentations 1/2015 (N° 39) , p. 13-32
URL : www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2015-1-page-13.htm.
DOI : 10.3917/sr.039.0013.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *