À l’origine du courrier du cœur – quelques pistes

À l’origine du courrier du cœur – quelques pistes

L’histoire des rubriques de courrier du cœur ne coïncide pas directement avec celle de ce qu’on appelle communément la « presse du cœur ». Elle est en fait au croisement de deux dynamiques : l’une propre aux rubriques de courrier des lecteurs et l’autre propre à l’histoire de la presse féminine. Au cours du XIXe siècle, il n’est pas rare, dans une partie de la presse française, que le journal revendique l’appellation de « courrier », en raison précisément du rôle actif que pouvait jouer le lecteur pour fournir du contenu à une presse encore semi-professionnelle.

Ce sont alors dans les feuilles pour dames que les questions du cœur s’expriment plus facilement. Un des exemples les plus anciens, et particulièrement avant-gardiste à cet égard, est celui du Courrier de l’Hymen, journal des dames – qui voit le jour au sein du foisonnement révolutionnaire – et qui propose à ces lectrices le service suivant : « comme ce journal sera particulièrement consacré aux femmes, celles qui auroient à se plaindre d’un mari trop brutal pour écouter paisiblement leurs représentations pourront les confier sous l’anonyme, aux auteurs qui s’empresseront de les publier. Peut être plus d’un époux injuste se corrigera, feignant de ne pas se reconoitre. » Aussi le journal reçoit-il de nombreuses lettres, aux sujets divers : telle jeune fille demande un époux qui la fasse sortir du couvent, quand une citoyenne, appelle ses consœurs à la vigilance à l’égard des maris partant remplir leurs obligations de gardes nationaux lorsque le sien partage ce temps loin du foyer « entre l’amour et la patrie ». Il n’y a toutefois pas encore de véritable rubrique attitrée dans la majorité de la presse féminine jusqu’à ce que La Mode illustrée systématise le procédé. Selon Rosemonde Sanson, vers 1860 la revue consacre sa dernière page aux lettres des lectrices sous le terme de « causeries ». Celles-ci sont l’occasion pour la rédaction d’assener ses conseils et injonctions morales sans s’en donner l’air. C’est ensuite le Petit Écho de la Mode qui se couvre de pages de correspondances jusqu’à spécialiser les rubriques : « correspondance dentaire », « conseils pratiques », « correspondance juridique » et « mon courrier » qui se focalise sur les questions sentimentales. Mais c’est dans le premier XXe siècle que le courrier du cœur devient un genre à par entière, accompagnant la massification de la presse féminine. Évelyne Sullerot remarque que ce changement d’échelle, rend paradoxalement l’échange entre la publication et le public plus intime par le biais des conseils sentimentaux. On connait les succès de Marie-Claire (fondé en 1938), et de Confidences fondé en 1937) dont la ligne éditoriale repose précisément sur les confessions des lectrices. Mais avant l’écrasant succès du premier, les éditions Rouff ont testé la formule du magazine féminin avec le lancement de Midinette en 1926.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/02/2016

    […] L’histoire des rubriques de courrier du cœur ne coïncide pas directement avec celle de ce qu’on app…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *