Charles-Henry Hirsch, La marieuse , 1925

 « Mme Subières développe, rue de Prony, son commerce de mariages. Elle y tient salon de littérature et d’art. C’est une façade honorable. Ceux qu’elle a attiré écoutent volontiers M.le docteur René Lierre accuser de pourriture la vieille société/ Sa voix coupante n’est pas sans émouvoir beaucoup Mrs Galdys Corry, de San Fransisco, une milliardaire tout à fait séduisante, qui peut tout acheter. Libre maintenant par un second divorce, elle rêve d’un mari, sous la direction souple, mais très efficace de Mme Subières qui a passé l’âge d’aimer elle-même et se passionne pour le bonheur d’autrui – en artiste – afin de mêler un peu d’idéal à son négoce.  » La Marieuse, p. 158

« La plus actuelle, vive et spirituelle étude de mœurs » Le matin, 1er février 1926

Le Matin, 1er février 1926

Le Matin, 1er février 1926

Auteur de grand nombre de romans populaires, Charles-Henry Hirsch, publie La Marieuse en 1925.  Le sujet n’est pas neuf, le personnage de la marieuse ayant été largement matière à vaudeville au XIXe siècle. Ce n’est pourtant pas le comique que peut engendrer la profession de marieuse que l’écrivain met au centre du roman. Celui-ci ressemble plutôt à une étude de mœurs. En effet l’intrigue, assez discontinue, ne semble pas en être le véritable enjeu.

Je la résume ici brièvement. Mme La Meffraye, deux fois veuve, du neveu puis de l’oncle se retrouve encore jeune et jolie à la tête d’une petite fortune. Mais s’étant laissée conseiller de mauvais placements en bourse par des prétendants aventuriers, elle ne parvient à sauver que son honneur et son hôtel particulier. Aussi prend-elle comme chaperon sa Tante, dite Joujou, auto rebaptisée comtesse de Subières. Rue de Prony dans leur élégant hôtel, celle-ci soigne ses relations provinciales tout en tissant sa toile en la capitale. Elle écrit des lettres, tient salon toutes les semaines dans le bel hôtel particulier, et ce dans un but : faire des mariages ! Du petit remerciement aux véritables transactions financières, l’entremise matrimoniale devient un négoce fructueux. Au fil de triangles amoureux qui se font et défont c’est finalement la comtesse de Subières qui est au coeur du roman. Tout l’enjeu de ces quelques cent-cinquante pages étant de poser le portrait de cette femme d’affaires aux prises avec une tension constante négoce et idéal. Le roman est ainsi avant tout l’occasion de décrire de l’intérieur le monde des salons de marieuses qui fait au début du siècle beaucoup parler de lui. C’est très probablement à ce titre que le journaliste du Matin salue la réussite de cet auteur de romans populaires d’avoir su décrire autour de la marieuse cet espace de relatif cosmopolitisme social où se côtoient et se lient dans des intérêts convergents des galantes, des académiciens, des « émigrés aux abois » et des « gens à la limite des deux mondes »… De même Les Annales politiques et littéraires voient dans le roman « une étude de mœurs […] d’une acuité singulière, écrite avec cette verve et cette tenue littéraire qui font de M. Charles Henry  Hirsch l’un de nos meilleurs prosateurs français »1.

Tante Joujou Comtesse de Subières : portrait d’une marieuse 

La marieuse, a pour véritable objet d’observation ce personnage féminin si connu et sur lequel il n’est pas de véritable définition. Ce roman est donc l’occasion de comprendre comment cet auteur a succès perçoit, dans ce qu’il veut être une étude de mœurs, le personnage de la marieuse. Dans quelle mesure celle-ci relève-t-elle du stéréotype, difficile à dire avant d’avoir menée une véritable analyse comparée avec d’autres personnages de marieuses2. Charles Henry-Hirsch lorsqu’il choisit de camper Mme Subières a nécessairement en tête les représentations de ce personnage féminin emblématique des vaudevilles : une femme un peu sur l’âge, avec un certain embonpoint, le contact facile, l’âme d’une confidente s’il le faut. Voici la description physique qu’en fait l’auteur :

« Sa tête blanche aux admirables cheveux virait comme d’un étourneau. Elle respirait l’espièglerie. Sous un front qui bombe, les yeux, d’une mobilité continuelle, distribuent une clarté perçante. le corps, grassouillet sans lourdeur, emplit bien un costume de voyage parfaitement coupé. » (p. 24)

L’âge, l’élégance, le souvenir d’une certaine coquetterie, mais surtout l’espièglerie sont réunis pour constituer un modèle de sympathie nécessaire à la mise en œuvre d’un commerce tel que le négoce matrimonial. Dans ce portrait, le veuvage est un élément important de l’identité de la marieuse. Celle-ci semble en effet faire partie du panthéon des femmes seules. Le veuvage est le statut matrimonial qui convient le mieux à l’activité de courtage, être célibataire serait assez mal-venu (comment espérer marier les autres si on a su trouver chaussure à son pied), mais en revanche l’autonomie de la veuve lui permet d’être à la tête de son propre négoce, d’en toucher le profit, et de tenir une place de femme du monde sans heurter les convenances. Le personnage de Mme Subières est, lui, un peu revanchard à l’encontre du mariage. Elle explique « est ce ma faute si le mariage m’a apporté moins que je ne lui demandais ? » (p. 25)., aussi cherche-t-elle à en tirer davantage de profit.

Veuve d’un préfet, Mme Subières s’ennuie terriblement en province. Elle tente d’y mener une vie de parisienne ou elle se vante d’avoir reçu en ses salons « ce qu’il y a de mieux en Anjou » (p. 25), mais ne cache pas sa joie d’accéder grâce à sa nièce à une position dans la capitale  : « Ah ! Paris… Ce Paris tant désiré ! … J’y suis enfin !! Le vœu de toute ma vie se réalise !!!  » (p. 23). Elle amène dans sa malle de grands espoirs et un brin d’ambition, montant à Paris elle entend aussi monter dans l’échelle sociale. Aussi décrète-t-elle :

« Firmin, il faut m’appeler Madame la Comtesse […] Marinette, un titre fait plus que trente ans de vertu, pour poser une personne dans le monde. la comtesse de Subière, ça sonne bien. J’ai déjà une couronne montée en broche, avec des amours de perles fines. » (p. 23)

Le théâtre parisien fait partie des ingrédients nécessaires pour faire fructifier son petit commerce. De la même façon que les relations d’une comtesse sont susceptibles d’être plus fortunées (et plus généreuses) que celles d’une simple Mme Subières, tenir salon au cœur de la capitale est gage de qualité. Le tout étant de se constituer un réseaux de relations qui ne demande qu’a se développer, Tante Joujou jette les bases de sa future clientèle : « Je connais au moins cent personnes à Paris… tu verras mon carnet d’adresse.. Armée, magistrature, noblesse, c’est un bon noyau… » (p. 23).

Marieuse, une profession officieuse aux contours flous

C’est en fait le fonctionnement d’un petit commerce que décrypte le roman. Mais toute la spécificité de cette activité lucrative réside justement dans la nécessité d’en faire oublier la dimension commerciale. La profession de marieuse doit osciller entre le carnet d’adresses de la femme du monde et le registre de l’agence matrimoniale. Aussi Mme Subières doit-elle gérer deux niveaux de négociations, la face semi-publique du salon où elle reçoit, et la face semi-privée des correspondances qu’elles envoie aux uns et autres. Entre ces deux sphères la marieuse doit ménager les intérêts de l’un et l’autre parti tout en faisant oublier le sien. L’auteur utilise comme ressource du comique les manigances de la comtesse qui, pour réussir un mariage, n’hésite pas à mentir aux principaux intéressés : 

« la dernière phrase, que tante Joujou affairée néglige de revoir, adjure Mme Ducas de prendre un parti : Décidez-vous, ma bien chère amie : on vous aime j’en suis sûre; on me l’a dit et répété; et ce que vous tenez pour de la froideur n’est que la réserve d’un vrai gentilhomme dont l’unique richesse est une âme très délicate » Cependant après ce texte, le stylo trace à l’encre verte, d’une course rapide : Cher Wladimir, c’est Mme Ducas et nulle autre qui est en cause. Vous me paraissez l’oublier. Assurez vous d’abord l’existence facile indispensable à vos goûts. le plaisir viendra ensuite et toutes ces satisfaction de l’âme qui ne peuvent pas plis vous manquer que l’air même » (p.47)

Mais dans portrait que l’auteur fait de l’activité de la marieuse, le caractère très informel du métier est contrebalancé par une imbrication plus ou moins nette avec le monde du courtage matrimonial officiellement déclaré (véritables agences et annonces des journaux). En effet, le roman évoque un client anonyme, déçu de  cette « annonce insérée fréquemment par les meilleurs journaux de Paris, les mondains et les populaires » :

« MONSIEUR, 40 ans, sit. 150.000 fr. par an, épouserait un violoniste, moins de trente ans, vraie blonde ou châtain clar, taille 1m58 max, poids 55 kg, denture parfaite. Intrigantes s’abstenir. » (p.130)

Il est intéressant de noter que le client en question envoie son annonce à Mme Subières sur sa simple réputation, son activité de marieuse semble donc être de relative notoriété publique. Les liens avec le courtage matrimonial ne semblent donc pas totalement inexistant. Tout l’interêt littéraire du personnage de la marieuse tient justement dans cet entre-deux : elle n’est pas une professionnelle, ne rédige aucun contrat, mais elle arrange les mariages, oriente les rencontre. Pour autant la dimension lucrative de cette activité ne fait aucun doute, Charles Henry Hirsch dépeint en Tante Joujou une femme de commerce méthodique :

« Exactement : sept mille trois cent soixante huit francs quatre vingt centimes… avec les timbres.. Car je marque tout sur mes agendas… Autrement je m’y embrouillerais !  » (p.64)

Tout concourt à faire de la marieuse un personnage ambivalent : elle vit de son commerce mais pour ce faire doit prendre grand soin à faire oublier cette dimension mercantile de son activité. De la même façon les rencontres qui se tiennent chez elles sont tendues d’ambiguïté.

 La comtesse tient salon : la rencontre de plusieurs mondes

Maintenant, chaque vendredi, de seize à vingt heures, […] Mme Subières y reçoit ses invités. Elle leur offre des gâteaux, des vins cuits, du thé, des glaces, des présentations, un musicien ou un poète, – à petite dose – et la présence décorative de M.Montlune, de l’Académie française. » (p.29)

De la même façon que la marieuse joue à la comtesse, ses invités jouent au demi-monde. Tout le matériau littéraire du roman réside justement dans la description que fait l’auteur de ces receptions « dans un milieu d’élégance quelque peu interlope, mais non sans prétention3« . Le salon de Tante Joujou devient une véritable scène de théâtre où tous les personnages s’affublent des apparences sociales de mise pour leurs négociations matrimoniales. Aussi le cérémonial des réceptions s’attache-t-il à imiter les codes des plus grandes maisons :

« Tandis qu’avec la majesté d’un prélat, la sûre élocution d’un attaché au protocole, Firmin annonce les arrivants dans cette foire au mariage, l’hôtesse leur prodigue des bons soins. » (p. 87)

Cette scénographie n’a d’autre objectif que de recréer, aussi naturellement que possible cette « société courtoise, discrète en ses façons, cette moyenne bourgeoisie  française habile à éviter le scandale, où l’on se tient les coudes pour expulser une brebis galeuse ou lui défendre un rentrée au bercail qui déprécierait le troupeau » (p.51). Il semble en effet que la principale préoccupation des clients ou amis de la marieuse soit la conservation ou récupération tantôt du capital social tantôt économique pour parler en termes bourdieusiens. Aussi le type du « déclassé » s’y décline-t-il sous tous ses visages, notamment les « demoiselles de province » et les « beaux étrangers ».

L’auteur dépeint d’autant mieux cette mascarade qu’il tente d’imaginer la phase de recrutement de la clientèle : c’est  par exemple dans un cabaret dans le sous-sol du Palais Royal que la marieuse rencontre un grand aristocrate russe en fuite et sans fortune :

« Cette société intéressa Mme Subières et sa nièce entrainées là, après une soirée d’ennui au théâtre, par deux provinciaux avides de voir tout Paris en une huitaine. L’un pour y vivre aurait accepté le plus sot mariage. » (p.55)

Aussi les mariages fomentés par la comtesse répondent-ils au stéréotype de la mésalliance, à l’instar de celui « de son excellence le comte Wladimir Stépanovitch Grabiskow colonel de la Garde Impériale, titulaire du portrait de L.L.M.M. avec diamants et de Mme Veuve Germaine Ducas né Claire-Anna Boccange » (p. 132 ). L’auteur s’amuse grossir le décalage des situations par la mise en miroir des titulatures. La mauvaise réputation des agences de mariage doit beaucoup à ces unions inassorties où l’affaire est avant tout financière.

NOTES

1 Les Annales politiques et littéraires, 6 juin 1926, p. 609

Ce billet ne présente que ce roman en propre, mais je reviendrais plus tard sur d’autres exemples dans la littérature.

Les Annales politiques et littéraires, op. cit.


Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *